Du pinceau au pixel: numérisation de collections littéraires chinoises

Posted on Friday, April 26, 2013

LE PROJET MING QING WOMEN’S WRITINGS (MQWW) est un fonds d’archives électroniques proposant en format numérique des textes rédigés par des femmes sous les dynasties chinoises Ming et Qing, de 1368 à 1911. Ces collections sont de véritables mines de renseignements sur la littérature, l’histoire, la politique et les relations entre les sexes dans la Chine prémoderne.

Leur version numérisée donne également accès à des documents de référence importants qu’on ne peut trouver en format papier que dans des bibliothèques de livres rares, comme la bibliothèque Harvard-Yenching et la bibliothèque de l’Université de Pékin.

Par exemple, sur l’image de la tablette tactile ci-dessus, se trouve le premier poème composé par une jeune fille intitulé Sur la lune ronde (咏圓月).

Gan Lirou a sept ans (七歲) et est la fille d’un homme de lettres dans la Chine du XVIIIe siècle. Ses poèmes sont empreints d’une curiosité enfantine pour les phases de la Lune :

Sur l’image de la tablette tactile ci-dessus se trouve le premier poème composé par Gan Lirou

« Qui a lancé la hache de Wu Gang »
誰使吳剛斧
« Pour tailler ce cercle parfait? »
分明削正圓
« Elle est pleine, puis elle décroît. »
如何望未久
« Peu après, c’est un croissant qu’on voit. Mais pourquoi ? »
缺處又成弦

Gan composera ensuite des centaines de poèmes sur les différentes étapes de sa vie : d’abord jeune fille, puis épouse, belle-fille, mère, jeune veuve et femme âgée. Ses oeuvres complètes fi gurent parmi les archives électroniques
du MQWW.

La collection du projet MQWW est la plus populaire des collections numériques hébergées dans les bibliothèques de McGill. Les érudits qui la consultent le plus souvent sont originaires de Chine, des États-Unis, de Taïwan, du Canada et de Hong Kong.

Les travaux de Grace Fong sont fi nancés par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et la Fondation Henry Luce.

Share this article

Category: Research

Tag:

Comments are closed.