En direct 2019

Des chercheurs de la Faculté de médecine de l’Université McGill et du Centre de recherche de l’Institut Douglas ont mis au point une nouvelle méthode pour examiner les mécanismes associés aux troubles neuropsychiatriques. Et tout commence par des réseaux de gènes. Les résultats de leurs travaux ont paru récemment dans EBioMedicine.
À lire ►

 


En direct 2019

Les enfants et les jeunes dont la mère a souffert de diabète gestationnel pendant sa grossesse pourraient courir un risque plus élevé de développer le diabète de type 1, selon une nouvelle étude menée par une équipe de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue CMAJ (Canadian Medical Association Journal).
À lire ►

 


En direct 2019

Grâce au nouveau financement des Instituts de recherche en santé du Canada, une équipe menée par José Morais, M.D., membre du Programme de recherche en désordres métaboliques et leurs complications à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, étudiera les mécanismes métaboliques et moléculaires sous-jacents à la fonte musculaire provoquée par l’inactivité et les effets protecteurs de l’exercice.
À lire ►

 


En direct 2019

Le nombre de consultations annuelles pour des tentatives de suicide ou pour des pensées suicidaires chez les enfants et chez les adolescents a presque doublé au cours de la dernière décennie, selon une étude menée récemment par une équipe de chercheurs de l’Hôpital de Montréal pour enfants du Centre universitaire de santé McGill. « L’intensification des comportements suicidaires est inquiétante. Si on tient compte de toutes les consultations pédiatriques aux urgences, pour une raison quelconque, le pourcentage d’enfants présentant un comportement suicidaire a augmenté de 60 % », explique l’auteur principal de l’étude, le Dr Brett Burstein, pédiatre urgentiste de l’HME-CUSM et au Programme en santé de l’enfant et en développement humain (SEDH) de l’Institut de recherche du CUSM.
À lire ►

 


En direct 2019

Des chercheurs de la Faculté de médecine de l’Université McGill ont élaboré une nouvelle méthode d’essais de prévention de la MA et l’ont employée pour vérifier si le naproxène, un AINS courant, pouvait arrêter la progression de la maladie avant l’apparition des premiers symptômes. Malheureusement, les résultats se sont avérés peu encourageants. Ils sont publiés dans le numéro du 5 avril 2019 de l’édition en ligne de Neurology®, la revue médicale de l’American Academy of Neurology. 
À lire ►

 


En direct 2019

Dans un virage radical par rapport aux protocoles de traitement en vigueur, le docteur Mark Basik, chirurgien oncologue au Centre du cancer Segal de l’Hôpital général juif et chercheur chevronné à l’Institut Lady Davis, dirige un projet international qui mènera à un essai clinique visant à éviter aux patientes atteintes de cancer du sein qui ne présentent aucun signe de cancer résiduel à la suite d’un cycle de chimiothérapie préopératoire d’éviter de subir une opération.
À lire ►

 


En direct 2019

L’initiative de découverte de médicaments vise à soutenir la recherche par des analyses étudiant différents aspects de cellules cibles et leur partage avec des collègues du monde entier.
À lire ►

 


En direct 2019

Des études précédentes avaient suggéré que les personnes qui commençaient la puberté à un âge plus précoce avaient un risque plus élevé de souffrir de sclérose en plaques. Cependant, une nouvelle étude menée par le docteur Adil Harroud del’Institut Lady Davis de l’Hôpital général juif a conclu que le lien entre la pubertéprécoce et la SP était principalement attribuable à l’obésité. L’étude est publiée dans le numéroen ligne du 20 mars 2019 de la revue Neurology, la revue officielle de l’American Academy of Neurology.
À lire ►

 


En direct 2019

Les traitements actuels pour la tuberculose sont très efficaces pour ce qui est de maîtriser l’infection tuberculeuse attribuable à la bactérie Mycobacterium tuberculosis. Toutefois, ces traitements ne préviennent pas toujours la réinfection. La raison pour laquelle il en est ainsi est l’une des questions que l’on se pose depuis longtemps dans le domaine de la recherche sur la TB. Une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill et de l’Université McGill pourrait avoir trouvé la réponse à cette question… dans l’intestin. Dans une étude publiée récemment dans Mucosal Immunology, ces chercheurs ont démontré que les médicaments antituberculeux entraînent des modifications du microbiote intestinal — la colonie de bactéries qui vit dans nos intestins — et augmentent la susceptibilité à l’infection tuberculeuse.
À lire ►

 


En direct 2019

Grâce à un nouveau financement de la Alzheimer’s Drug Discovery Foundation annoncé le 27 février dernier, une équipe interdisciplinaire menée par des chercheurs de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill entreprendra un projet visant à améliorer la qualité de vie à la suite d’une chirurgie cardiaque et aborder un problème de santé croissant.
À lire ►