En direct 2018

Le professeur Stéphane Laporte de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, avec ses collègues de McGill, de l’UdeM et de l’Université de Sherbrooke ont mis au point une technologie novatrice basée sur des biocapteurs afin d’identifier des nouvelles molécules thérapeutiques plus efficaces et plus sécuritaires. Dans une publication récente dans la revue Science Signaling, ils ont utilisé cette technologie pour identifier de nouvelles voies thérapeutiques de l’angiotensine II, un récepteur important contrôlant le tonus vasculaire. Ces découvertes pourront aider à développer de nouveaux médicaments pour l’insuffisance cardiaque. Les chercheurs québécois s’attendent à ce que de nouveaux médicaments plus ciblés et efficaces soient mis à la disposition de la population d’ici les cinq à dix prochaines années.

À lire ►

 


En direct 2018

La période des fêtes peut se révéler difficile pour ceux qui surveillent leur poids et résistent difficilement à la vue et à l’odeur de la nourriture. Une hormone produite par l’estomac, qui nous rend plus vulnérables à l’odeur d’aliments savoureux et favorise ainsi la consommation excessive de nourriture et l’obésité, est l’un des facteurs contribuant à cette réaction aux stimuli alimentaires.
À lire ►

 


En direct 2018

Le Réseau BRILLEnfant se consacre à défendre les droits d’un des groupes les plus vulnérables de la société canadienne : les enfants souffrant d’un handicap lié au développement du cerveau. Pour avoir un impact, les résultats de la recherche doivent être transmis aux personnes qui peuvent s’en servir, dans un format qui en facilite la compréhension et l’application. Une de ces solutions est Jooay, une appli mobile et Web gratuite qui aide les enfants handicapés et leurs familles à trouver des activités de loisir possibles dans leur secteur. L’appli contient une base de données couvrant les arts, les sports, les camps et d’autres programmes d’activités de loisir partout au pays. La Dre Keiko Shikako-Thomas et la Dre Majnemer ont créé Jooay en collaboration avec des parents, des professionnels de la réadaptation, des responsables des politiques, des éducateurs physiques et des partenaires communautaires.
À lire ►

 


En direct 2018

Au Québec, actuellement, seules 25 personnes sont atteintes du syndrome de dysrythmie atriale et trouble de la motilité intestinale chronique (CAID), une maladie génétique récessive rare qui touche à la fois la fréquence cardiaque et le transit intestinal. Une équipe de recherche dirigée par l’Université McGill a réussi à faire remonter l’origine de la mutation génétique sous-jacente de cette maladie grave jusqu’à deux familles fondatrices européennes arrivées dans la province au XVIIe siècle.
À lire ►

 


En direct 2018

Comment le cancer se propage-t-il? Alors qu’ils étudiaient les cellules tumorales du cerveau humain, une équipe de scientifiques de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR‑CUSM) a trouvé quelques réponses à cette question d’importance cruciale, qui depuis longtemps anime la communauté scientifique. Les chercheurs se sont penchés sur le gène EGFRvIII, présent chez les patients souffrant d’un glioblastome, une forme très agressive de cancer du cerveau qui se propage rapidement et qui est difficile à traiter.
À lire ►

 


En direct 2018

Une équipe de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) dirigée par le Dr Donald Vinh,  souvent comparé au  « Dr House » à l’IR-CUSM pour ses intêrets de recherche portant sur des cas cliniques rares et particuliers, vient de découvrir une nouvelle maladie génétique. Cette découverte pourrait permettre de poser un diagnostic plus précis  chez certains patients et de mettre au point de futurs traitements. Les résultats de cette étude viennent d’être publiés dans la revue scientifique Journal of Experimental Medicine.
À lire ►

 


En direct 2018

Les stratégies d’auto-dépistage du VIH sont recommandées par l’Organisation mondiale de la santé, depuis 2016, car elles permettent aux personnes de connaître leur statut où et quand elles le souhaitent. Cependant, aucune trousse de dépistage du VIH n’a encore été approuvée pour un usage à domicile, au Canada. Pour la première fois au pays, une équipe de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill et des collaborateurs de la Clinique médicale l’Actuel de Montréal, ont évalué un programme d’auto-dépistage du VIH non-supervisé auprès d’un groupe à risque (hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes), au moyen d’une application pour téléphone intelligent et tablette appelée HIVSmart!. Les résultats prometteurs de leur étude ont été publiés en ligne cette semaine dans le Journal of Medical Internet Research.
À lire ►

 


En direct 2018

Une nouvelle étude a permis d’établir un lien direct entre l’ampleur de la stigmatisation dont dit être victime un homme vivant avec le VIH et son score aux épreuves d’évaluation de la fonction cognitive, qui mesurent des capacités telles la mémoire et l’attention. L’étude, réalisée par des chercheurs de l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal, de l’Université McGill et du Centre universitaire de santé McGill, a été menée auprès de 512 hommes de race blanche et d’âge mûr vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) recrutés dans des cliniques aux quatre coins du Canada et qui ont constitué la cohorte du programme Pour un cerveau en santé, agissons!
À lire ►

 


En direct 2018

Un nouvel article publié par des chercheurs de l’Université McGill dans la revue JAMA-Internal Medicine suggère que certains essais cliniques pourraient favoriser le recours à des traitements inefficaces et dispendieux, alors que l’objectif des essais est justement d’empêcher que de tels traitements soient adoptés en pratique clinique. 
À lire ►

 


En direct 2018

La Société canadienne de la SLA a annoncé dans le cadre de son programme de recherche 2018 un investissement d’un million de dollars dans huit nouveaux projets de recherche, dont celui de Gary Armstrong, du Neuro. Son projet, qui a reçu une subvention de 125 000 $, utilisera des modèles uniques de SLA chez les poissons pour comprendre la signalisation du système nerveux en présence de la SLA.
À lire ►