Pourquoi le prix Nobel de médecine échappe-t-il au Canada?

Dans toute l’histoire du prix Nobel de médecine, un seul chercheur canadien a remporté les honneurs, en 1923, pour la découverte de l’insuline. Pourtant, les Canadiens ont joué un rôle déterminant dans la recherche sur les cellules souches, le séquençage génétique, le traitement du cancer et les traumatismes cérébraux, écrit le Pr John Bergeron, de la Faculté de médecine, dans un article pour The Conversation.
À lire ►

 

Le généticien et l’épicier : Charles Scriver, Arnold Steinberg et le potentiel de guérison des aliments

Lorsqu’un pédiatre spécialisé en troubles métaboliques génétiques et un philanthrope issu d’une dynastie du secteur de l’épicerie ont fait équipe pour s’attaquer à deux problèmes de santé publique liés à l’alimentation, un lien durable s’est forgé. Le Dr Charles Scriver et Arnold Steinberg se sont associés pour la première fois dans le but de combattre le taux élevé de rachitisme parmi les enfants pauvres de Montréal en faisant ajouter de la vitamine D au lait en bouteille. Quelques années plus tard, ils ont fondé un centre de distribution pour les produits alimentaires essentiels aux enfants atteints de troubles métaboliques rares. Ces deux initiatives ont changé la vie de ces enfants à jamais.
À lire ►

 

Boucler la boucle de la communication au sein d’une équipe

Par une froide matinée de décembre, un bon café chaud à la main, des professionnels de la santé prennent place dans l’amphithéâtre Block de l’Hôpital général juif pour assister à des conférences scientifiques combinées en chirurgie et en obstétrique et gynécologie. À l’avant de la salle, coiffée d’un bonnet chirurgical festif, la Dre Shannon Fraser, professeure agrégée de chirurgie à effraction minimale à l’Université McGill, vérifie avec l’équipe multimédia que les connexions audiovisuelles fonctionnent correctement pour la diffusion de la simulation.
À lire ►

 

Lire d'autres articles de cette section »

Un dysfonctionnement dopaminergique pourrait causer les rages de sucre

Délaissant le paradigme trop simpliste des mauvaises habitudes de vie, les chercheurs découvrent peu à peu les mécanismes génétiques et épigénétiques derrière l’obésité. Des recherches menées récemment par la Dre Patricia P. Silveira et ses collègues à l’Université McGill et à l’Institut Douglas ont démontré qu’une altération des voies de signalisation de la dopamine chez les enfants ayant un faible poids à la naissance peut accentuer leur préférence pour les aliments très sucrés, ce qui augmente leur risque d’obésité.
À lire ►

 

Lire d'autres articles de cette section »

Une scientifique montréalaise reçoit une distinction internationale du Berlin Institute of Health

Professeure de médecine à l’Université McGill et chercheuse au sein du Programme de recherche en santé cardiovasculaire au long de la vie à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), la Dre Louise Pilote mène des travaux sur l’intégration des questions de genre à la recherche biomédicale qui lui ont valu de figurer parmi les deux récipiendaires d’un Prix d’excellence décerné par le Berlin Institute of Health (BIH). Nous adressons nos plus sincères félicitations à la Dre Pilote!
À lire ►

 

Lire d'autres articles de cette section »
Lire d'autres articles de cette section »