STOPMTL.CA : première carte interactive pour autorapporter les interpellations policières à Montréal

En direct 2021

Image par STOPMTL.ca.

Source: McGill Newsroom

Un projet de recherche novateur à données ouvertes au service de la population et des communautés

En 2019, un rapport indépendant commandité par la Ville de Montréal démontrait un profilage racial et social par le SPVM visant les Noirs, les Arabes et les Autochtones, particulièrement les jeunes adultes. De manière générale, les personnes autochtones et noires auraient entre quatre et cinq fois plus de risque d’être interpellées, par rapport aux personnes non-racisées.

Les Montréalaises et Montréalais pourront dorénavant rapporter leurs expériences d’interpellation par la police et contribuer à une carte interactive en se rendant sur le site Web STOPMTL.ca. Lancé officiellement aujourd’hui par une équipe de recherche multidisciplinaire de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), de l’Université McGill, de l’Université Concordia et de la University College London, STOPMTL.ca a pour objectif de recueillir des données détaillées afin de dresser un portrait plus précis des interpellations policières du point citoyen.

L’un des objectifs scientifiques de l’équipe est de produire un rapport sur le projet et sur la validité des données. De plus, les données issues de STOPMTL.ca alimenteront des recherches en cours sur les effets du crime au sens large (victimisation, présence policière, sentiment de sécurité, etc.) sur la santé mentale et les indicateurs de qualité de vie, tels que la mobilité dans les quartiers.

Une plateforme permettant à la population de faire part de leurs expériences

Le site STOPMTL.ca s’inscrit dans le cadre d’une recherche qui vise à produire des données quantitatives pour contextualiser de la distribution sociale et spatiale des expériences d’interpellation à Montréal. Une ressource importante pour les citoyens, les collectivités et les chercheurs, puisque seulement 5 à 20% des interpellations policières effectuées sont enregistrées par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

« On veut dresser un portrait plus détaillé des relations entre la police et la population, car c’est un enjeu social d’importance. Ce projet de recherche et de science citoyenne mise donc à 100 % sur l’ouverture des données », lance la chercheuse principale du projet, Carolyn Côté-Lussier, professeure en études urbaines à l’INRS et chercheuse au Centre international de criminologie comparée.

Les personnes âgées de 15 ans et plus seront en mesure de rapporter une expérience d’interpellation policière qui a eu lieu le jour même ou des mois, voire 20 ans plus tôt, et ce, par l’entremise d’un formulaire anonyme. Chaque usagère ou usager pourra indiquer comment et où s’est passée l’interpellation, décrire le contexte, préciser son âge, son genre, son groupe ethnique ou racial ainsi que le moyen de transport utilisé au moment de l’interpellation. Le projet sera en accès libre dans son intégralité, ce qui signifie que les données du site Web seront accessibles et téléchargeables par les personnes qui souhaitent y avoir accès.

Répondre aux besoins communautaires et scientifiques

« Ce projet permettra à la population et à la police d’obtenir des informations dont ils ont grandement besoin, puisqu’il fournira une représentation visuelle de ce qu’on appelle les points chauds, où se produisent la plupart des interpellations policières, et pourra donner lieu à des conversations importantes entre ces deux groupes, fondées sur des données probantes plutôt que sur des ouï-dire », explique Myrna Lashley, professeure adjointe au Département de psychiatrie de l’Université McGill. « Les résultats de cette étude pourraient aider les décideuses et décideurs ainsi que les politiciennes et politiciens à déterminer dans quelles zones géographiques investir les ressources, et ainsi mieux répondre aux besoins de la population. »

Actuellement, le Centre de justice des Premiers Peuples de Montréal, le Centre de recherche-action sur les relations raciales, la Maison d’Haïti, le Conseil interculturel de Montréal, le Conseil jeunesse de Montréal ainsi que l’arrondissement de Côte-des-Neiges–​Notre-Dame-de-Grâce soutiennent le projet STOPMTL.ca.

L’INRS

L’INRS est un établissement universitaire dédié exclusivement à la recherche et à la formation aux cycles supérieurs. Depuis sa création en 1969, il contribue activement au développement économique, social et culturel du Québec. L’INRS est 1er au Québec et au Canada en intensité de recherche. Il est composé de quatre centres de recherche et de formation interdisciplinaires, situés à Québec, à Montréal, à Laval et à Varennes, qui concentrent leurs activités dans des secteurs stratégiques : Eau Terre Environnement, Énergie Matériaux Télécommunications, Urbanisation Culture Société et Armand-Frappier Santé Biotechnologie. Sa communauté compte plus de 1 500 membres étudiants, stagiaires postdoctoraux, membres du corps professoral et membres du personnel.

14 juillet 2021

Comments are closed.