Le Neuro et le Weizmann Institute of Science en Israël collaborent sur une avancée prometteuse pour un traitement potentiel contre la SLA

En direct 2021

Par Sophie Lorenzo, Le Neuro

Un diagnostic de SLA (sclérose latérale amyotrophique) envoie des ondes de choc dans la vie d’un individu. La maladie peut frapper à tout âge, mais le plus souvent entre 55 et 75 ans. Le pronostic moyen n’est que de deux à cinq ans à compter de l’apparition des premiers symptômes. Cette maladie des motoneurones paralyse progressivement les individus à mesure que leurs cellules nerveuses se détériorent, affectant éventuellement leur capacité à marcher, parler, avaler et respirer. Au Canada, en moyenne 8 personnes meurent de la SLA chaque jour.

Au cours des deux dernières décennies, des traitements pour aider à ralentir la progression de la maladie ont finalement été rendus disponibles, mais les gains au niveau du taux de survie et du ralentissement du déclin fonctionnel ont été modestes. Pour les individus confrontés à ce pronostic difficile, le temps presse. Il est crucial d’aller de l’avant dans le développement de nouvelles voies de traitement grâce aux essais cliniques.

L’Unité de recherche clinique du Neuro (URC), un leader dans les essais sur la SLA, s’est récemment associée à l’Institut des sciences Weizmann en Israël pour diriger la recherche sur une nouvelle approche potentielle pour traiter la SLA. Un essai clinique a récemment été lancé au CRU qui s’appuiera sur la recherche préclinique menée dans le laboratoire du professeur Eran Hornstein à l’Institut Weizmann.

Cibler une enzyme clé

Les personnes atteintes de SLA sporadique ou familiale ont une diminution des niveaux de microARN dans leurs motoneurones. Une enzyme clé appelée DICER est essentielle pour maintenir les niveaux de microARN.

« DICER est inhibé dans de nombreuses formes de SLA et nous avons donc pensé qu’il pourrait être une cible thérapeutique. Si nous pouvions trouver un moyen d’améliorer son activité, cela pourrait être un moyen de restaurer les niveaux de microARN et de traiter les patients atteints de SLA », explique le professeur Hornstein.

Dans des études biochimiques précédentes, des chercheurs avaient découvert que le médicament énoxacine affectait l’activité de DICER. Le professeur Hornstein et son équipe ont émis l’hypothèse que cela pourrait aider à restaurer l’activité DICER dans la SLA.

Le laboratoire Hornstein a testé les effets de l’énoxacine sur DICER dans les cellules des motoneurones et chez des souris qui ont été conçues pour développer la SLA, et les résultats étaient suffisamment prometteurs pour passer à la prochaine phase de test de l’énoxacine chez les patients atteints de SLA. « L’énoxacine augmente l’activité enzymatique de DICER et la production de microARN. Nous avons vu un effet positif de l’amélioration de la SLA dans les études précliniques chez la souris. C’était un bon signe qu’il s’agirait d’un candidat thérapeutique dans un médicament pour les patients », déclare le professeur Hornstein.

Tests cliniques précoces

Afin de faire passer l’étude de l’énoxacine à un essai clinique, le professeur Hornstein a contacté la Dre Angela Genge, directrice de l’unité de recherche clinique ainsi que du Centre d’excellence pour la recherche sur la SLA au Neuro. L’unité de phase 1 de l’URC, la première du genre pour la SLA, a permis la tenue de cette étude passionnante au Neuro.

« C’est l’occasion de voir si nous pouvons relier quelque chose qui s’est avéré avoir un effet sur la science de la SLA, avec un effet potentiel sur le patient pour voir s’il a un impact spécifique et direct sur une terrible maladie. Et nous ferions cela avec un médicament déjà développé qui pourrait nous ouvrir une nouvelle voie pour traiter ces patients », explique le Dr Genge. Les Drs Genge et Hornstein ont lancé l’essai REALS-1, qui est un essai de phase Ib/IIa qui examinera l’innocuité, la tolérabilité et l’engagement ciblé du médicament chez les personnes atteintes de SLA.

« Nous examinerons les preuves que l’énoxacine pénètre dans le cerveau et la moelle épinière et  qu’elle peut y avoir un effet. Et nous examinerons également les biomarqueurs », déclare le professeur Hornstein. L’évaluation des biomarqueurs et de l’engagement des cibles dans cette étude répond à un besoin important de la recherche clinique sur la SLA et démontre un haut niveau de rigueur même à ce stade précoce.

Avantages du réseau

Avant que l’essai ne puisse commencer, il y avait un barrage routier : l’énoxacine n’était pas facilement accessible. Weizmann Canada, une organisation locale qui soutient le Weizmann Institute of Science en Israël, est intervenu avec un contact qui s’est avéré essentiel pour aller de l’avant : la société pharmaceutique canadienne Apotex, qui a produit les comprimés d’énoxacine et de placebo pour l’essai. « Le réseau de l’Institut Weizmann nous a permis d’établir la confiance et la communication. Cela en dit long sur la capacité de faire avancer la science et la recherche biomédicale grâce à la collaboration », déclare le professeur Hornstein.

Les co-investigateurs sont prudemment optimistes à ce stade très précoce de la recherche clinique. Le nouvel essai pourrait être la première étape d’une voie innovante pour le traitement de la SLA. « Je suis impatient de voir si l’énoxacine progresse vers les prochaines phases d’essai et si son efficacité est démontrée; cela ouvrirait une toute nouvelle voie pour l’utilisation de médicaments existants dans le développement de traitements pour la SLA, ce qui accélérerait considérablement l’obtention de traitements pour les personnes qui en ont besoin », conclut le Dr Genge.

L’équipe d’essai remercie les IRSC, le FRQS et le ministère de la Santé d’Israël (dans le cadre de la subvention concurrentielle ERARE-3), ainsi que la Fondation Brain Canada, la Société canadienne de la SLA et Dystrophie musculaire Canada pour leur généreux soutien financier.

Pour en savoir plus sur l’essai REALS-1 ou pour y participer, visitez l’Unité de recherche clinique du Neuro : cru.mcgill.ca/fr/sla

 

Le 7 juillet 2021

Comments are closed.