À la rencontre de notre plus récente détentrice d’une Chaire de recherche du Canada – Dre Marie-Claude Geoffroy

en direct 2020

Questions-réponses avec Dre Geoffroy

 

Source : Le Centre de recherche Douglas

Pendant l’été, le programme de Chaires de recherche du Canada a annoncé les plus récents récipiendaires des CRC de niveaux 1 et 2. Parmi eux étaient  Marie-Claude Geoffroy, PhD, chercheuse dans le Groupe McGill d’études sur le suicide au Centre de recherche Douglas et professeure adjointe au département de psychopédagogie et de counseling à l’Université McGill. Nous avons eu l’occasion d’échanger avec elle sur ce que l’obtention de ce CRC pourrait changer dans sa recherche.

 

Pouvez-vous nous décrire le sujet de votre chaire de recherche du Canada?

Le passage à l’âge adulte n’est pas facile pour beaucoup de jeunes. Au Canada, avant d’atteindre l’âge adulte, environ 10% des adolescents ont sérieusement considéré le suicide, et certains en meurent. Pour prévenir et éviter une tragédie, tant pour le jeune qui souffre, que pour ses proches, ma chaire de recherche du Canada vise à comprendre ce qui peut amener les jeunes à vouloir mettre fin à leurs jours dans le but de mieux les aider.

 

C’est un bel accomplissement dans une carrière de recherche. Comment en êtes-vous arrivée là?

Après un doctorat en psychologie clinique à l’Université de Montréal et un post-doctorat en épidémiologie de la santé mentale à l’Université College de Londres, j’ai commencé à travailler à l’institut universitaire en santé mentale Douglas comme psychologue auprès des jeunes suicidaires.

Dans le cadre de ce travail, j’ai été touchée par une adolescente qui a tenté de s’enlever la vie dans un contexte d’intimidation scolaire. J’ai alors pris conscience des limites de mon expertise, et je suis retournée à la recherche en ciblant mes travaux sur le suicide chez les jeunes. J’ai ensuite obtenu un poste de professeur en psychiatrie et en psychologie scolaire et pédopsychologie appliquée à l’Université McGill, et puis en 2020, j’ai obtenu la chaire de recherche. Je commence chaque journée avec l’intention de produire des connaissances qui seront utiles aux jeunes et aux cliniciens. Garder le cap sur cet objectif m’a certainement aidé à obtenir une chaire de recherche.

 

Qu’est-ce que cela va changer pour vous d’avoir cette chaire?

Recevoir cette chaire de recherche du Canada est une étape importante dans ma carrière et j’en suis très reconnaissante. Mais je suis surtout enthousiasmée par l’impact que cela peut avoir sur les jeunes. Grâce aux moyens qu’elle me donne, elle me permet de recruter et consolider une équipe de recherche composée d’étudiants et de jeunes chercheurs passionnés et engagés dans la lutte contre le suicide. Elle me permet aussi d’investir plus d’énergie dans le transfert de connaissance auprès des jeunes, des parents et des professionnels. La prévention du suicide sera la priorité de notre équipe de recherche pour les années à venir.

 

Pensez-vous que cela aura un impact sur les interventions cliniques chez les jeunes?

C’est mon but ultime et la raison principale ayant motivée ma décision de retourner à la recherche scientifique. Pour le moment, l’essentiel de ma recherche vise à mieux comprendre comment le risque suicidaire se développe dans l’enfance et l’adolescence en identifiant des facteurs qui peuvent augmenter ou diminuer ce risque, tels que l’intimidation ou, à l’inverse, le soutien social. Dans les prochaines années, je souhaite que ma recherche serve de pont entre la science et la pratique clinique. Un de mes objectifs sera d’identifier des stratégies d’adaptation pour aider les jeunes à bâtir leur résilience pendant une crise suicidaire. Celles-ci pourront ensuite être intégrées dans la pratique clinique.

 

Avez-vous un conseil pour les jeunes chercheur(e)s sur le succès dans le monde académique?

Trouver sa place comme scientifique, c’est très enthousiasmant et gratifiant. C’est un privilège. Notre travail c’est d’imaginer de nouvelles manières de comprendre le monde et de trouver des solutions à des problèmes. Mais en même temps, le monde académique est aussi dur. On se fait plus souvent dire ‘non’ que ‘oui’. On doit faire preuve d’humilité devant la connaissance, et travailler fort pour arriver à un résultat.  En ce sens, mon conseil aux jeunes chercheurs est certes de continuer à faire ce travail passionnant, d’aller au bout de leurs ambitions malgré les obstacles, petits et grands, mais sans perdre de vue qu’il est essentiel de plus apprécier le chemin que la destination. En bout de ligne, on se souviendra davantage des collaborations entre chercheurs, du plaisir de découvrir et de la persévérance dont on a fait preuve, que du nombre d’articles publiés ou d’un indice h.

Le 16 septembre 2020

Comments are closed.