Des activités intentionnelles en temps de pandémie

en direct 2020

Comment des activités quotidiennes significatives peuvent-elles nous rendre plus résilients?

Les ergothérapeutes sont des experts pour évaluer et traiter les aptitudes des personnes à effectuer et mener à bien des tâches quotidiennes significatives dans leur milieu, qu’il s’agisse d’une tâche habituelle, comme s’habiller ou conduire, ou d’une tâche facultative, mais souhaitable comme apprendre une nouvelle compétence (jouer d’un instrument ou tricoter, par exemple). 

La pandémie de COVID-19 a changé notre cadre de vie, notre monde et la façon dont nous accomplissons nos tâches.

Hiba Zafran, Ph. D., ergothérapeute-psychothérapeute et professeure adjointe à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de la Faculté de médecine de l’Université McGill, présente le point de vue suivant sur la manière dont nous pourrions commencer à nous adapter à cette nouvelle réalité. 

Dans un monde qui doit s’adapter plus que jamais à des priorités en mouvance, les travailleurs de la santé sont décrits comme des anges gardiens sur la ligne de front, les membres des familles sont coupés les uns des autres par la fermeture des aéroports, de nombreuses personnes font face à des difficultés économiques, et les groupes marginalisés ne le deviennent que davantage.

En dépit des solutions créatives, des avancées scientifiques et de l’espoir d’une nouvelle normalité plus viable, la prise de conscience de ce phénomène mondial peut poser de grands défis pour le maintien de notre santé mentale. L’ergothérapie offre une perspective unique sur les modalités d’être et d’agir susceptibles de soutenir notre résilience dans des environnements sociaux et professionnels rapetissés – tout en reconnaissant le privilège qu’ont certains de choisir la distanciation physique et l’isolement.

Dans un livre publié en 2011 intitulé Spirituality and Occupational Therapy, l’ergothérapeute Rachel Thibeault propose le terme « activités intentionnelles » pour décrire les activités significatives qui favorisent spécifiquement la résilience, la spiritualité, l’espoir et le sentiment d’appartenance face à l’adversité. Sa riche carrière est jalonnée d’initiatives de réadaptation sociale auprès de l’Organisation mondiale de la santé dans des zones post-conflits ainsi qu’auprès de réfugiés et de groupes autochtones au pays.

En m’appuyant sur les travaux de la Dre Thibeault, je présente cinq types d’activités, et j’applique ses idées à notre expérience actuelle de distanciation physique.

Les activités de communion sont celles qui renforcent nos liens d’appartenance et nous relient au vivant. Être en lien avec les autres est certainement une préoccupation centrale : comment se sentir proches des gens qu’on aime quand tout se transporte en ligne? Certains font une promenade virtuellement avec une amie en discutant au moyen d’écouteurs. D’autres se regroupent pour un café ou un apéro virtuel, et plusieurs groupes d’activités se retrouvent en ligne. Nous pouvons également voir la communion de façon plus large, à travers nos contacts avec la nature, quand on prend le temps de caresser nos animaux, de saluer l’arrivée du printemps ou encore de tisser des liens avec nos voisins en conversant (en toute sécurité) d’un balcon à l’autre au retour des beaux jours. Nous pouvons également réfléchir au sentiment de « communion mondiale », inédite dans le contexte actuel. Quelles sont les personnes ou les choses qui comptent pour vous et desquelles vous vous sentez moins proche?

Les activités de centration favorisent la présence, le calme et la conscience de soi. Des promenades méditatives en pleine nature en sont l’exemple typique. Toute forme d’activité répétitive comme le tricot, la course à pied, les soins aux animaux, certaines tâches ménagères ou encore des formes douces de yoga avec des cycles de salutation au soleil peuvent favoriser un état de calme. Porter attention aux sensations qui nous permettent d’être présent ici et maintenant. En quoi consiste l’activité? Qu’est-ce que je sens? Qu’est-ce que je ressens? Qu’est-ce que j’entends? Cuisinez avec un éclairage feutré au son du jazz en portant attention aux odeurs et aux saveurs. Repoussez les meubles pour faire de la place et dansez sur votre musique préférée dans la pénombre. Quelles activités vous aident à vous sentir calme et réceptif?

Les activités de création répondent au besoin d’explorer, de jouer et de créer sans jugement. Les personnes qui ont des enfants à la maison en ont peut-être assez de la peinture et des jeux imaginaires qui permettent aux enfants d’explorer les frontières de leur monde. En tant qu’adultes, nous pouvons tous écrire des rimes idiotes, dessiner un chat de ruelle ou chanter comme une cantatrice. C’est peut-être le moment de faire des cadeaux maison pour des proches et de les envoyer par la poste. La cuisine « de fonds d’armoire » consiste à combiner les aliments restants dans les armoires ou dans le congélateur pour en faire des plats innovants et nutritifs. Pour certains, trouver de nouveaux outils de recherche et d’enseignement en ligne peut être vécu comme une activité créative. Prenez-vous le temps de créer de façon à stimuler à la fois votre imagination et votre plaisir?

Les activités contemplatives sont celles qui induisent l’émerveillement. L’art de la contemplation peut poser des difficultés tandis que le bruit du monde extérieur s’amenuise pour céder la place au monde numérique et ouvrir la porte à l’inquiétude et aux angoisses. Tenir un journal, prier, prendre de longues marches en nature, faire du yin yoga qui demande de tenir les poses de longs moments, écouter certains types de musique (pour moi, ce sont les solos de violoncelle), lire des œuvres littéraires et des romans, visiter un musée en ligne, ou simplement s’accorder le temps d’un café matinal en regardant au loin sont toutes des activités de contemplation. Qu’est-ce qui vous permet de méditer en toute quiétude sur l’énormité de la situation?

Les activités de contribution sont celles qui nous permettent de redonner aux collectivités qui nous apportent tant. Des chercheurs s’informent auprès de leurs partenaires pour savoir comment transformer leurs projets pour qu’ils soient utiles maintenant; les étudiants de la région offrent leur aide à leurs confrères et consœurs étrangers; les enseignants et le personnel de soutien échangent entre eux et avec les étudiants. C’est merveilleux à voir et à vivre. Dans mon quartier, presque chaque foyer où vit un enfant a vu ses fenêtres se parer de dessins d’arc-en-ciel promettant des jours meilleurs, et les gens offrent à leurs voisins âgés de déposer des courses sur le pas de leur porte. Avez-vous des forces et des intérêts qui pourraient être utiles au sein de votre collectivité?

Au-delà de ce que nous devons trouver à faire différemment dans des environnements limités, ces cinq « C » nous amènent à réfléchir à la qualité de nos activités et à ce qui nous motive à nous y engager.

Quels sont les valeurs et les gestes que nous allons adopter en cette période de bouleversement pour nous engager (ou nous réengager) dans des activités significatives susceptibles de favoriser notre résilience et, par conséquent, notre capacité collective à soutenir ceux qui en auront le plus besoin dans les temps à venir?

Consultez la version complète de cette publication, par Hiba Zafran, ergothérapeute, dans le numéro de juillet 2020 de Occupational Therapy Now.

Le 4 avril 2020

 

 

Comments are closed.