Première canadienne : lancement d’un projet de recherche sur les coups à la tête au football universitaire

En direct 2019

L’Université McGill participera à un nouveau projet de recherche intitulé tête première, mené par l’équipe de Louis De Beaumont, neuropsychologue, chercheur au centre de recherche du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal et professeur au Département de chirurgie de l’Université de Montréal. Le projet vise à évaluer les capacités du cerveau à encaisser des coups à la tête pendant une saison complète de football universitaire. Pour ce faire, 38 joueurs de football de l’équipe de l’Université McGill, des Carabins de l’Université de Montréal et des Stingers de l’Université Concordia participeront à cette étude dès l’ouverture de la saison.

« Nous menons des recherches sur les commotions cérébrales liées au sport chez nos athlètes à McGill depuis plus de 20 ans. Nous avons été parmi les premiers à étudier la fréquence réelle des commotions cérébrales chez les athlètes et la façon dont ces commotions se produisent », indique l’un des cochercheurs de l’étude, le Dr J. Scott Delaney, professeur agrégé au Département de médecine d’urgence de l’Université McGill et médecin de l’équipe de football de McGill. « C’est avec enthousiasme que nous participons à ce projet de recherche collaboratif. Nous espérons pouvoir contribuer à résoudre une question importante : déterminer comment le cerveau réagit aux sous-commotions et se rétablit à la suite de tels impacts. Comme dans tous nos projets de recherche, les entraîneurs, les joueurs et les thérapeutes ont été très coopératifs et nous ont beaucoup aidés à entreprendre cette étude importante. Sans leur appui et leur confiance, aucun de nos projets ne serait possible. »

« C’est fantastique que la communauté de McGill participe à cette étude, car nous nous soucions de la santé de nos étudiants athlètes avant, pendant et après leur carrière sportive ici à McGill », ajoute Julie Gardiner, physiothérapeute en chef et gestionnaire de la clinique médicale sportive de McGill. « Nous avons un vaste programme en lien avec les commotions cérébrales, sous la supervision d’une équipe d’experts en médecine du sport, avec une gamme d’interventions de base avant les débuts de saison ainsi que plusieurs outils objectifs de surveillance après une blessure afin que nos étudiants athlètes puissent retourner au jeu en toute sécurité. Il s’agit d’une recherche extrêmement intéressante qui nous apportera de nombreuses informations supplémentaires sur les possibles changements internes post-traumatiques et ceux reliés post-impacts. »

Les participants porteront des capteurs télémétriques insérés dans leur casque pendant deux matchs de football consécutifs pour recenser les coups à la tête. De plus, chaque joueur se soumettra à un total de sept examens d’imagerie médicale qui auront lieu avant, pendant et après la saison de football. Ainsi, l’équipe de recherche étudiera avec précision la possible association entre la somme des forces appliquées à la tête des joueurs et l’intégrité physiologique de leur cerveau.

« Les résultats de cette recherche ont un fort potentiel de retombées sociétales et une grande portée scientifique afin de réduire les risques pour la santé du cerveau des joueurs de football. Ces nouvelles connaissances pourraient nous amener à développer de nouveaux équipements sportifs mieux ajustés aux vulnérabilités du cerveau », explique le chercheur Louis De Beaumont.

« Je suis fier de pouvoir contribuer à une telle recherche pour l’avancement de mon sport, car elle permettra aux chercheurs de présenter des résultats qui aideront à réduire davantage les risques de blessures à la tête des joueurs de football », dit Jean-Philippe Hudon, étudiant-athlète en kinésiologie et demi-défensif pour l’équipe de football de McGill. « Je pense aussi que les résultats de recherche pourront certainement aider à développer des casques plus performants. »

Ce projet de recherche unique au Canada documentera les changements engendrés sur le cerveau pendant une saison complète de football, en plus d’évaluer son rétablissement durant la saison morte sportive.

 

Ce projet de recherche est réalisé grâce au financement du programme audace des Fonds de recherche du Québec et de la Chaire de la Fondation Caroline Durand en traumatologie aigüe de l’Université de Montréal. 

Documents sources du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal

 

Le 6 septembre 2019

 

 

Comments are closed.