Une SOURCE de plus en plus vive

En direct 2017

Par Philip Fine

À l’instar d’une source qui alimente un village, le Bureau SOURCES (Soutien et ressources-conseils aux études en santé) de la Faculté de médecine soutient depuis quelques années les étudiants en médecine et les médecins résidents ayant besoin de counseling personnel, de soutien pédagogique ou de conseils sur leur parcours professionnel.

Aujourd’hui, le village que sert le Bureau SOURCES double sa population.

Afin d’offrir rapidement des services ciblés aux apprenants de l’ensemble des écoles et programmes professionnels en santé de la Faculté, le Bureau SOURCES a élargi sa portée. Ses conseillères servent désormais 3 500 apprenants, dont 1 600 de l’École des sciences infirmières Ingram, de l’École de physiothérapie et d’ergothérapie et de l’École des sciences de la communication humaine.

Il y a un an, Debbie Friedman, B. Sc. (PT) 1983, M MGMT, est devenue la toute première vice-doyenne adjointe aux affaires étudiantes (écoles) de la Faculté. Elle codirige le Bureau SOURCES avec la Dre Namta Gupta, vice-doyenne adjointe, Affaires étudiantes, et la Dre Paola Fata, MDCM 1995, vice-doyenne adjointe, Affaires professionnelles – résidents.

Comme première étape de l’expansion du mandat du Bureau SOURCES, Debbie Friedman, qui est professeure adjointe aux départements de pédiatrie et de chirurgie pédiatrique, a rencontré les étudiants et étudiantes des trois écoles professionnelles en santé pour obtenir leur avis au sujet de milieux d’apprentissage sains, des ressources universitaires et de leur identité au sein de la Faculté.

Les étudiants lui ont confié qu’il serait bénéfique d’avoir accès à des services similaires à ceux offerts aux étudiants en médecine et aux médecins résidents, mais adaptés aux besoins uniques de leur formation et de leurs professions.

Ils ont aussi mentionné les délais d’attente comme facteur. Ils souhaiteraient avoir accès plus rapidement aux services de counseling.

Marie-Lyne Grenier explique. Chargée de cours et coordonnatrice associée de la formation clinique (ergothérapie) à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie, elle copréside le comité Healthy SPOT, qui favorise le mieux-être et la diversité au sein de l’École, aux côtés de Sarah Marshall, B. Sc. (PT) 1984, M. Sc. 2006, associée à la directrice de l’École de physiothérapie et d’ergothérapie. Elle précise que les étudiants des écoles devaient parfois attendre trois semaines pour avoir accès à du counseling dans d’autres services.

Elle signale que souvent, ces apprenants soignent pour la première fois des patients très malades. Lorsqu’ils interagissent avec un patient en fin de vie, et que cela les afflige, attendre trois semaines pour parler à quelqu’un peut être trop long. « Il se peut que leur stage soit déjà terminé! »

Mme Grenier souligne que les étudiants peuvent être aux prises avec d’autres facteurs de stress, comme les difficultés financières, la conciliation entre un emploi à temps partiel, leurs stages et la vie universitaire, la parentalité, et les soins à des parents âgés.

En juin, le Bureau SOURCES a commencé à mettre en œuvre ses services pour les écoles professionnelles en santé de la Faculté et a embauché une conseillère de soir, dont les heures conviennent mieux pour les apprenants en stage de jour.

« Les étudiants apprécient beaucoup et estiment que cela s’accorde mieux avec leur emploi du temps chargé », ajoute Mme Grenier.

La Pre Friedman vient d’engager une troisième conseillère qui se consacre exclusivement aux écoles et elle prévoit de proposer des ateliers et de concevoir des activités proactives liées aux programmes d’études avec la nouvelle consultante en bien-être.

On ne risque pas de voir cette SOURCE se tarir de sitôt.

 

Le 22 septembre 2017

Speak Your Mind