Diabète gestationnel : prédicteur chez les pères?

En direct 2015

Le diabète gestationnel, qui se manifeste pendant la grossesse, touche de trois à 20 % des femmes enceintes. Celles qui font du diabète gestationnel ont sept fois plus de risque de contracter le diabète de type 2 dans les années suivant leur grossesse.

 

gestational-diabetesDans une vaste étude analysant des données amassées au Québec sur une période de 20 ans, une équipe de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) a démontré que le diabète gestationnel signalerait un risque de futur diabète non seulement chez les mères, mais également chez les pères. Cette étude a récemment été publiée dans la revueDiabetes Care.

« Nous avons observé que le risque d’avoir du diabète était 33 % plus élevé chez les hommes dont la conjointe avait fait du diabète gestationnel que chez ceux dont la conjointe n’en avait pas fait, affirme la Dre Kaberi Dasgupta, auteure principale de l’étude, endocrinologue au CUSM et professeure agrégée de médecine à l’Université McGill. C’est la première étude à établir un lien entre le diabète gestationnel des mères et l’incidence de diabète chez les pères. »

Des études antérieures ont révélé que les changements de poids et d’activité physique de deux personnes dans un couple concordaient. De plus, dans une étude réalisée en 2014, l’équipe de la Dre Dasgupta avait déjà établi que le diabète du conjoint constituait un facteur de risque de diabète dans un couple. Les chercheurs ont ensuite émis l’hypothèse que le diabète gestationnel de la mère pourrait signaler une possible incidence de diabète chez le père. Puisque le diabète gestationnel se déclare au début ou au milieu de l’âge adulte, il est primordial de tenir compte des facteurs de risque de diabète, car il est encore possible de prévenir la maladie à long terme.

À partir des registres de naissances et de décès de la province de Québec entre 1990 et 2007, les chercheurs ont extrait au hasard des naissances vivantes simples associées à un diabète gestationnel chez les mères ainsi que des naissances (groupe contrôle) non associées à un diabète gestationnel. Ils ont ensuite calculé le nombre de pères atteints de diabète de type 2 entre le moment où la mère a quitté l’hôpital après son accouchement et le premier des moments suivants : le départ du Québec ou le décès du père, ou la fin de l’étude, le 31 mars 2012. Au total, 70 890 pères ont été évalués (dont la moitié avaient une conjointe atteinte de diabète gestationnel).

« D’après notre analyse, les couples partageraient le risque en partie à cause d’un environnement social et culturel commun, qui peut contribuer à leurs comportements et à leurs attitudes à l’égard de leur  santé, explique la Dre Dasgupta. Cette observation corrobore les conclusions de notre étude précédente sur le risque partagé de diabète chez les conjoints, qui révélaient qu’un ménage pouvait partager de mauvaises habitudes alimentaires et peu d’activité physique. Nous devrons effectuer des études plus approfondies, mais le diabète gestationnel pourrait être utilisé comme indicateur pour améliorer le dépistage et la prévention du diabète chez les pères. »

Au sujet de l’étude 

Ces travaux ont été financés par l’Association canadienne du diabète.  La Dre Dasgupta est titulaire de la bourse de chercheur-boursier clinicien Senior du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS).

L’article (Observation Letter) intitulé Gestational Diabetes Mellitus in Mothers as a Diabetes Predictor in Fathers: A Retrospective Cohort Analysis (DOI: 10.2337/dc15-0855) a été coécrit par Kaberi Dasgupta, Deborah Da Costa, Elham Rahme (Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill et Département de médecine, Université McGill); Nancy Ross (Département de géographie, Université McGill); Sara Meltzer (Département de médecine, Université McGill); Meranda Nakhla (Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill et Département de pédiatrie, Université McGill); et Youssef Habel (Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill).

Speak Your Mind