La Fondation canadienne pour l’innovation investit 1.2 M$ pour stimuler l’excellence en recherche à l’Université McGill

En direct 2015

La Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) a annoncé aujourd’hui du financement destiné à l’infrastructure et aux installations de recherche. Douze projets de recherche novateurs menés à l’Université McGill en profiteront, notamment celui de la professeure Nicole Li (École des sciences de la communication humaine) qui veut mettre au point un modèle informatique pour des traitements propres aux patients affligés de problèmes des cordes vocales, pouvant mettre un terme à la carrière d’enseignants, d’acteurs, de chanteurs, d’avocats, d’entraîneurs, de communicateurs télévision/radio, et de nombreux autres professionnels qui utilisent leur voix.

L’annonce du Fonds des leaders John-R.-Evans de la FCI, qui vise à aider les universités à attirer et à fidéliser les meilleurs chercheurs en veillant à ce qu’ils disposent d’équipement et d’installations de pointe, a été faite à l’Université de Moncton.

« L’Université McGill remercie la Fondation canadienne pour l’innovation de son soutien continu au bénéfice de la recherche et de l’innovation par ses investissements dans l’infrastructure de recherche », a indiqué Rosie Goldstein, vice-principale (recherche et relations internationales.) « Les projets de recherche de l’Université McGill qui reçoivent du financement du Fonds des leaders John-R.-Evans auront, grâce à leur infrastructure moderne, d’incalculables retombées pratiques et réelles dans des domaines aussi divers que la médecine personnalisée, la volcanologie et le développement de technologies à haut rendement énergétique. »

La professeure Li, qui fait partie des chercheurs principaux subventionnés dans le cadre de ce concours, est à l’avant-garde de la mise au point d’outils de diagnostic non effractifs nicoleli2par modélisation mathématique pour évaluer les cordes vocales souples. Les lésions aux cordes vocales sont un problème qui afflige couramment les chanteurs, les enseignants et d’autres professionnels de la voix : des polypes bénins, kystes, granulomes et nodules, qui sont des excroissances analogues à des callosités se développant sur les cordes vocales et pouvant saigner compte tenu des demandes de performance, rendent les cordes vocales moins souples; il s’ensuit que la voix s’enroue et casse.

Grâce au financement de la FCI, la professeure Li se réjouit de pouvoir investir dans de l’équipement important et de faire progresser la science fondamentale qui sous-tend la modélisation informatique : « [Notre équipe] est la seule au monde à développer de tels modèles pour traiter les cordes vocales. Quant à l’étude de la variation génétique et de l’activité indissociables de l’atteinte et de la réparation de la voix, personne d’autre n’a effectué les travaux systématiques que nous réaliserons. De concert avec d’autres ingénieurs de l’Université McGill, l’équipe de notre laboratoire essaie de concevoir un programme solide et concurrentiel sur la voix au pays qui comprendra un volet clinique. Nous voulons concevoir un logiciel pour que les cliniciens puissent voir le traitement le plus optimal pour leurs patients. »

Voici une liste complète des projets mcgillois subventionnés par la FCI (financement total obtenu par l’Université McGill : 1 222 910 $) :

  • Kim Berlo : Évaluer l’hétérogénéité chimique spatiale de roches volcaniques pour étudier le dégazage du magma (220 000 $)
  • Marie-Hélène Boudrias : Évaluer les changements liés à l’âge et à l’AVC dans le réseau moteur humain au moyen d’approches multimodales (71 747 $)
  • Marie-Josée Dumont : Infrastructure pour laboratoire de matériaux et produits chimiques biosourcés (106 200 $)
  • Claudia Kleinman : Approches informatiques aux fins de traitements anticancéreux ciblés (60 000 $)
  • Nicole Yee-Key Li : Infrastructure en vue de l’étude de la médecine personnalisée pour rétablir la voix (100 000 $)
  • Georgios Mitsis : Laboratoire pour étudier la régulation de la fonction des lymphocytes T CD dans la santé et la maladie (57  322 $)
  • Thomas Preston : Instrumentation pour l’étude d’aérosols atmosphériques (200 000 $)
  • Martin Richer : Laboratoire pour étudier la régulation de la fonction de la cellule T CD8 dans la santé et la maladie (100 000 $)
  • Marc Roig : Laboratoire de rééducation motrice et de la mémoire : MEMORY-LAB (69 840 $)
  • Sasmito, Agus : Système de ventilation à haut rendement énergétique et de climatisation complet dans des mines souterraines (50 000 $)
  • Ayensure Ipek Tureli : Nouvelles méthodes de recherche numérique en histoire de l’architecture (139 801 $)
  • Yu Xia : Infrastructure informatique pour biologie des systèmes haute résolution (48 000 $)

Speak Your Mind