Un don majeur de 4,5 millions de dollars de la Fondation familiale Irving Ludmer pour la création d’un Centre en neuroinformatique et santé mentale

En direct 2013

Ludmer donation - Douglas and JGH

De gauche à droite: Madame Ludmer, Myer Bick, Lynne McVey, Irving Ludmer, Michael Meaney, Hartley Stern

L’Institut universitaire en santé mentale Douglas et l’Hôpital général juif annoncent un don majeur de 4,5 millions de dollars de la Fondation familiale Irving Ludmer. Ce don, l’un des plus importants en santé mentale, servira à la création d’un Centre en neuroinformatique et santé mentale.

Le Centre Ludmer en neuroinformatique et santé mentale représentera une plateforme de recherche multidisciplinaire unique sur le plan international. Ce centre visera ultimement à réduire de façon significative les taux de maladies mentales dans la population en trouvant les moyens scientifiques d’établir les facteurs de risques qui apparaissent dès la tendre enfance.

Par exemple, le Centre Ludmer se penchera sur les questions suivantes :

  1. Comment l’interaction des gènes avec un environnement favorable ou défavorable affecte-t-elle le développement du cerveau de l’enfant et ses risques de souffrir d’une maladie mentale?
  2. Pourquoi certains enfants sont-ils très affectés par les environnements à risque alors que d’autres sont plus résilients?

Pour y répondre, le Centre intègrera, d’une façon innovatrice et jamais réalisée auparavant, diverses branches de recherche telles que les neurosciences, la biologie computationnelle, les mathématiques, la génétique, l’épigénétique, la bio-informatique, l’épidémiologie et les sciences de l’informatique. Le Centre analysera et traitera des masses de données complexes provenant de plusieurs projets de recherche dans le monde.

L’envergure du projet est colossale, il représentera, dans sa complétion, un investissement de plus de 11 millions de dollars sur une période de quatre ans. La somme de 4,5 millions de dollars de la Fondation familiale Irving Ludmer telle que dévoilée aujourd’hui constitue donc une part très importante de cet investissement, un don sans précédent pour la recherche en santé mentale.

«Bien que les patients disposent de l’aide d’excellents psychologues, psychiatres, infirmières et travailleurs sociaux, les troubles de santé mentale ne sont malheureusement pas traités de façon optimale au Canada. Cette approche collaborative est l’un des projets les plus captivants que j’aie vus au Québec et elle a le potentiel de transformer la manière dont nous envisageons la maladie mentale», a observé le Dr Hartley S. Stern, M.D., directeur général de l’Hôpital général juif.

«Il est peu fréquent que nous ayons la chance d’utiliser le mot « historique » lorsque nous avons quelque chose à annoncer. Or, c’est le cas aujourd’hui. Ce centre, grâce au don sans précédent de la Fondation familiale Irving Ludmer représente un réel espoir de pouvoir prévenir la maladie mentale. La vie de milliers d’enfants, d’adolescents et d’adultes dans le monde pourra ultimement être préservée des ravages de la maladie mentale tant pour les individus eux-mêmes que pour leurs proches. Et pour cela, notre reconnaissance est infinie envers la Fondation familiale Irving Ludmer » a indiqué avec enthousiasme la directrice générale de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, Lynne McVey.

«Le Centre Ludmer permettra à la recherche fondamentale et clinique, menée à l’Institut Douglas, à l’Université McGill, à l’Institut Lady Davis et à l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal, de devenir le carrefour international de l’étude du développement humain et de la santé mentale. Lorsque nous regardons des enfants de 5 ans jouer au parc avec tout l’entrain propre à l’enfance, nous savons que dès 6 à 8 ans, certains d’entre eux pourraient présenter des troubles déficitaires de l’attention ou de l’angoisse sociale, des troubles qui les priveront des joies de la jeune enfance. Pendant l’adolescence, beaucoup de ces enfants se tourneront vers les drogues pour suivre un chemin qui mène aux troubles anxieux et à la dépression. La question est alors la suivante : que pouvons-nous faire pour leur éviter un tel sort? Ce Centre fera partie de la solution et constituera un élément clé pour permettre d’aborder les problèmes de santé mentale dès l’enfance.», explique Michael Meaney, C.M., Ph.D., C.Q., FRSC, un chercheur mondialement reconnu pour ses recherches en épigénétique, et directeur scientifique du Centre Ludmer en neuroinformatique et santé mentale.

Contacts :
Institut Douglas
Marie France Coutu
Communications et affaires publiques
Tél. : 514 761-6131, poste 2769
marie-france.coutu@douglas.mcgill.ca

Hôpital général juif
Astrid Morin
Spécialiste des communications | Communications Specialist
Affaires publiques et communications | Public Affairs and Communications
T: 514 340 8222 #4612
amorin@jgh.mcgill.ca

Douglas-JGH-McGill

23 septembre 2013

Speak Your Mind