Quel rôle le monde universitaire joue-t-il dans les politiques d’équité, de diversité et d’inclusion ?

December 2021

As part of the university’s Bicentennial Homecoming, and one day before the inaugural National Day of Truth & Reconciliation, the faculties of Law and Arts convened a group McGill experts for a virtual panel discussion on Indigenous rights in Canada and the role academia can play in informing equity, diversity and inclusion (EDI) practices and policies.

By Claire Loewen

Moderated by Dean of Law Robert Leckey, BCL/LLB’02, and Interim Dean of Arts Mary Hunter, the panel featured Assistant Dean (Inclusion – Black & Indigenous Flourishing) Kimberly Lee-Louis, BCL/LLB’13, Dr. Debra Thompson, Associate Professor of Political Science and Canada Research Chair in Racial Inequality in Democratic Societies, and Dr. Cindy Blackstock, Executive Director of First Nations Child & Family Caring Society of Canada and Professor at McGill’s School of Social Work.

Mary Hunter, Debra Thompson, Robert Leckey, Cindy Blackstock and Kimberly Lee-Louis.

Actively engaging in reconciliation

Kicking off the conversation, Dr. Blackstock addressed the recent discovery of the remains of more than 1,000 children who attended residential schools in the 19th and 20th centuries. She called on individuals and institutions to implement the Calls to Action of the Truth and Reconciliation Commission (TRC) and the Calls for Justice from the National Inquiry into Murdered & Missing Indigenous Women and Girls, and to turn their minds to ongoing injustices faced by First Nations across Canada.

“What we need to do is ensure that states, universities, professions and others actually implement these solutions on the ground, and that of course includes McGill University,” said Dr. Blackstock. In the McGill context, Dr. Blackstock said, implementing mandatory courses on First Nations, Métis and Inuit people is an important way of acting on the TRC calls to action – and not just talking about them.

Dr. Blackstock suggested the university could recalibrate tenure and promotions to recognize service to Indigenous communities and those who are doing the hard historical work of looking at the role of McGill in participating in colonialism. This would involve telling the stories of active resistors to colonialism throughout this time, she added.

“If that space was created, then we would find more First Nations, Métis and Inuit people walking through the doors of McGill,” said Dr. Blackstock.

Une approche horizontale

La doyenne adjointe Lee-Louis a poursuivi en soulignant que la Faculté de droit a montré des signes d’efforts pour favoriser la diversité, notamment en adoptant un cours obligatoire de première année sur les traditions juridiques autochtones, en mettant en œuvre un processus d’admission holistique et en cherchant à créer un espace d’apprentissage autochtone au cœur des Pavillons Chancellor-Day.

« McGill peut relever le défi en assurant un environnement d’apprentissage inclusif et positif d’une manière cohérente et éclairée par les visions du monde autochtone », a déclaré Lee-Louis.

Toutefois, l’inclusivité est un objectif qui n’a pas encore été atteint, a-t-elle ajouté, et l’ÉDI dans son ensemble n’est pas un événement singulier, mais un processus d’apprentissage générationnel.

« Chacun de nous, quel que soit son titre ou son expérience, doit jouer un rôle dans l’ÉDI », a déclaré Lee-Louis. « Il ne s’agit pas de faire cela pour les Noirs et les Autochtones, mais avec les Noirs et les Autochtones, afin que cette génération puisse planter l’arbre et que la prochaine génération puisse profiter de son ombre ».

Elle a ajouté qu’une approche horizontale à l’engagement communautaire est essentielle pour garantir que les groupes historiquement sous-représentés se sentent bienvenus au sein des institutions.

« Il y a déjà du travail en cours dans la communauté qui doit être reconnu par ces institutions, donc le programme n’est pas d’une approche descendante », a déclaré Lee-Louis.

Contempler le racisme et la démocratie

À la suite des soulèvements de 2020 après le meurtre de George Floyd, la Dre Thompson a déclaré qu’elle réfléchissait à la relation entre le racisme et la démocratie. Elle se demande si l’inclusion dans les structures politiques existantes vaut le prix du billet, citant James Baldwin.

Interrogée sur le rôle que joue le milieu universitaire dans les initiatives en matière d’ÉDI, la Dre Thompson a souligné que l’université est souvent considérée comme un marché d’idées, où les idées sont débattues dans un espace où tous sont bienvenus.

« D’un autre côté, … ce sont aussi des entreprises. Ce sont des bureaucraties incroyables. À bien des égards, ce sont des défenseurs de structures de suprématie blanche », a-t-elle déclaré. La question, a-t-elle posé, est : « dans quel genre d’université voulons-nous participer? »

« Comment pouvons-nous, en tant que membres de l’université, participer à la création d’un monde où nous pouvons imaginer quelque chose de tout à fait différent? » a conclu la Dre Thompson.

 

Be Sociable, Share!

Comments are closed.