En première place et en français dans le New York Times

Posted on Wednesday, January 18, 2017
Élise Turcotte

Élise Turcotte

Le mois dernier, lorsque la section Voyage du New York Times l’a contactée pour lui commander un texte sur un lieu au Canada qui a compté pour elle, Élise Turcotte a tout de suite pensé aux Cantons de l’Est, « pays gothique », selon elle, dont les paysages demeurent une éternelle source d’inspiration.

La commande devait accompagner un dossier sur les destinations touristiques de l’heure, un classement mondial intitulé 52 Places to Go in 2017, dont le Canada est sorti grand gagnant. À cette première place, le quotidien comptait associer les récits de cinq auteurs canadiens et, à son grand étonnement, madame Turcotte figurait sur la liste. « Sur le coup, tout ce qui m’importait, c’était de leur faire comprendre que j’écrivais en français. » Qu’à cela ne tienne, le plus prestigieux quotidien d’Amérique ferait traduire sa nouvelle. « Le travail d’édition a été irréprochable », constate-t-elle.

Auteure d’une vingtaine de romans et recueils de poésie et lauréate du Prix littéraire du Gouverneur général du Canada de 2003 pour La maison étrangère, Élise Turcotte a enseigné au cégep pendant 23 ans. Depuis janvier, au Département d’études littéraires de l’Université d’Ottawa, l’ex-écrivain en résidence de McGill (2012-2013) donne un cours de création littéraire.

Pour le New York Times, elle s’est remémoré les petits villages estriens qui serpentent la frontière américaine. Lieu physique, géographique, mais également imaginaire, la frontière, explique-t-elle dans son texte, « illustrait l’état dans lequel je me trouvais, dans l’esprit de l’errance, à la recherche de fantômes, les miens, ceux des autres; à la recherche de mes mots, ma terre promise, ma maison construite pierre après pierre tout au long de ma vie ».

Son texte inédit est paru, comme prévu, dans l’édition du 5 janvier 2017 du New York Times, en même temps que ceux de Madeleine Thien, Cory Doctorow, Kim Fu et Sarah Nicole Prickett. La seule surprise est survenue lorsqu’en consultant sa tablette, madame Turcotte a réalisé que son texte apparaissait à la fois en anglais et en français. En plein cœur de l’hiver, il y a des surprises qui réconfortent. « J’ai senti que ça faisait plaisir à un tas de gens autour de moi », conclut l’auteure.

 

 

Share this article

Category: McGill dans la ville

Post a Comment

  1. You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>