Le ministre des Finances à McGill : « L’avenir du Québec passe par l’innovation »

Posted on Thursday, February 18, 2016
Carlos-Leitao3

Le contexte économique mondial incertain et le vieillissement de la population, plus rapide au Québec qu’ailleurs, nous obligent à miser plus que jamais sur notre capacité d’innover », a souligné le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, lors de sa visite à McGill. / Photo: Neale McDevitt

C’est la première fois que le gouvernement provincial rencontre les étudiants et les professeurs d’une université dans le cadre d’une consultation prébudgétaire, a souligné le ministre des Finances du Québec, lors d’une rencontre qui a eu lieu à McGill le 15 février.

En réponse à la première question de l’auditoire, Carlos Leitão n’a pas hésité à nommer l’éducation comme étant un secteur prioritaire dans lequel le gouvernement du Québec souhaitait réinvestir; l’éducation « au sens large du terme », a-t-il précisé, mettant l’accent sur la nécessité de former une main-d’œuvre qualifiée et de faire preuve d’innovation afin de préparer le Québec aux défis du XXIe siècle.

« Plusieurs entreprises annoncent des investissements importants, accompagnés de la création de centaines d’emplois, mais si nous n’avons pas assez de personnes qualifiées pour occuper ces emplois, c’est un problème », a-t-il souligné.

Sur cette question, la professeure de sciences politiques Antonia Maioni a demandé s’il n’y aurait pas lieu d’investir dans l’acquisition de compétences transversales, puisqu’il est difficile de prévoir dans quel contexte nous évoluerons dans dix ou vingt ans. « Ces compétences sont durables et permettent aux gens de se transformer avec l’économie », a-t-elle dit.

Le ministre a également mentionné le défi démographique que représente le vieillissement de la population, plus rapide au Québec qu’ailleurs, a-t-il précisé.

« Si la taille de la population active diminue, nous devons compenser en augmentant notre productivité et notre capacité d’innovation. »

La capacité d’innover et d’être « plus agile » nous aidera à nous adapter à une économie en pleine transformation, a ajouté le ministre, soulignant que l’État avait un rôle à jouer dans cette transition. Et comment se préparer pour la quatrième révolution industrielle, qui mise sur la technologie? En valorisant davantage et en finançant mieux la recherche fondamentale, a mentionné le ministre. « L’État doit se poser des questions sur les moyens de financer la recherche fondamentale, là où il y a parfois des lacunes du côté du secteur privé. C’est un moyen de maîtriser le changement technologique, puisqu’on ne peut pas l’arrêter. »

Parmi les nouvelles avenues de croissance, le ministre des Finances a aussi mentionné la transition écologique vers une économie plus « décarbonisée ».

Le professeur d’économie Christopher Ragan, président de la Commission de l’écofiscalité du Canada, a justement demandé au ministre si le Québec comptait modifier ses modes de perception des revenus en imposant plus de taxes liées à la pollution et en réduisant les impôts des particuliers et des entreprises.

Si la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise (Commission Godbout) s’est penchée et a statué sur ces questions, a rappelé le ministre Leitão, « nous n’en sommes pas arrivés à un consensus ». Le ministre a toutefois mentionné le progrès que représente la création du marché du carbone auquel participent le Québec et la Californie.

Pour visionner une vidéo de l’événement, cliquez ici

Pour lire d’autres articles du numéro de février, cliquez ici.

 

Share this article

Category: McGill dans la ville

Tag: , ,

Post a Comment

  1. You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>