La Faculté de gestion Desautels mise sur l’économie sociale

Posted on Wednesday, November 19, 2014

DSC_0089[1]

Le programme de stages de la Faculté Desautels a permis à l’organisme Partageons l’espoir d’installer un café communautaire dans ses locaux, à Pointe-Saint-Charles.

Une vingtaine d’étudiants ont participé à des stages rémunérés au sein d’organismes ou d’entreprises du sud-ouest de Montréal depuis l’an dernier.

Par Julie Fortier

L’organisme Partageons l’espoir, installé à Pointe-Saint-Charles, offre de nombreux services aux gens du quartier qui sont dans le besoin : banque alimentaire, repas dans les écoles, activités pour les jeunes et aide aux devoirs, entre autres. Récemment, l’organisme sans but lucratif a voulu mettre sur pied un café communautaire, estimant qu’un tel lieu permettrait à la fois de briser l’isolement social de certains de ses bénéficiaires, de leur proposer de la nourriture saine et abordable, en plus d’offrir une occasion de formation pour les personnes souhaitant intégrer le marché du travail ou y retourner.

« Nous avions toutes les idées, mais il nous fallait les outils », explique Emma Tilquin, chargée des programmes de sécurité alimentaire.

Pour concrétiser le projet, Partageons l’espoir a pu compter sur l’aide de Yury Sambale, étudiant au baccalauréat en gestion à la Faculté de gestion Desautels de McGill. « Depuis que je suis jeune, je me dis que je veux travailler dans un domaine qui a pour but d’améliorer le bien-être de la population », affirme Yury, qui a grandi en Haïti.

Yury est l’un des dix étudiants en gestion qui ont travaillé pour des organismes du sud-ouest de Montréal, l’été dernier, dans le cadre d’un programme de stages de dix semaines lancé en 2013 par les organisateurs de l’Initiative d’économie sociale (IES), à la Faculté Desautels. L’IES vise à intégrer l’entrepreneuriat social et l’économie sociale dans les activités d’enseignement, de recherche et d’engagement communautaire de la Faculté.

Le programme de stages permet aux étudiants d’appliquer les notions de gestion apprises en classe : ils conçoivent des plans d’affaires, établissent ou révisent les processus de gestion de l’organisme et participent à la stratégie marketing. L’appui de donateurs de la Faculté permet de les rémunérer. Chez Partageons l’espoir, Yury a installé une caisse enregistreuse informatisée, qui assure une meilleure gestion des stocks du café communautaire.

Madeleine Coste, pour sa part, a contribué à la mise en marché des produits de Formétal, entreprise spécialisée dans la fabrication de produits métalliques qui emploie pendant six mois de jeunes adultes qui ont connu des difficultés afin de leur donner les compétences nécessaires pour faciliter leur réinsertion sociale ou professionnelle. « En ce qui a trait aux réseaux sociaux, en particulier, elle nous a vraiment aidés à nous structurer et à nous organiser », souligne Jean LeChasseur, directeur général.

« J’ai appris énormément de choses sur moi-même et sur l’économie sociale, indique Madeleine. J’ai compris que j’aimerais travailler pour une entreprise qui a une mission sociale. Chez Formétal, chaque fois qu’un des jeunes quitte, toute l’équipe se lève, l’accompagne jusqu’à la sortie en chantant. J’avais les larmes aux yeux chaque fois. »

———————————————————–

Le programme de stages de l’Initiative d’économie sociale s’inscrit dans le cadre des activités du Quartier de l’innovation, fondé en 2013 par l’École de technologie supérieure et l’Université McGill. Les organismes souhaitant présenter une demande afin d’accueillir un(e) stagiaire sont invités à communiquer avec Anna Birnie-Lefcovitch.

Pour lire d’autres articles du numéro de novembre, cliquez ici.

 

Share this article

Category: McGill dans la ville

Post a Comment

  1. You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>