Entre Nous with Jean-François Nadeau, Senior Director, Corporate Relations

Posted on Wednesday, March 27, 2013

"We have guidelines, we have policies, and we have legal contracts with terms and conditions that protect McGill’s integrity and autonomy and ensure we don’t find ourselves in situations where a company could dictate terms of research," says Jean-François Nadeau. / Photo: Adam Scotti

MUBEC: a one-stop shop to make collaboration easier

By McGill Reporter Staff

Jean-François Nadeau came to McGill in 2010 with a mission to improve the ways in which the University interacts with companies and corporations looking to offer financial support for various campus initiatives, such as sponsoring research projects, assisting students, or hiring student interns. A graduate of the Université de Sherbrooke, he spent 25 years at IBM Canada, working with both the public and private sectors. He’s the leader of McGill’s new centre – a Strategic Reframing Initiative project – designed to streamline the relationships between the corporate and academic worlds.

What is MUBEC? What do you do and who does what?

MUBEC is the McGill University Business Engagement Centre, and it is a single point of entry into McGill for the corporate community at large. It’s really about relationships with the business community. This is an initiative that came to life at McGill following many observations inside McGill, outside McGill, and in the academic world about how we could improve the ways we interact with external partners.

So we started researching our peer universities right across the country as well as universities we can compare to in the United States. This is what we looked at in 2010-2011, when we were trying to figure out if our existing model was appropriate, in line with best practices out there, and if we had the same level of results or outcomes arising from relationships with the corporate world as other organizations, particularly the ones who are identified as the best.

What kind of relationship does McGill have with the corporate world and why do we need to have one?

The kinds of relationships we have with the corporate world are multifaceted. It’s about opportunities for students – internships, awards, and other support; it is about contractual or sponsored research; it is about technology transfer and licensing opportunities; it is, in some instances, about getting partners involved in the creation of start-ups. So there are opportunities for students, professors, and administrative staff to collaborate with many different stakeholders.

The difficulty that the corporate world keeps expressing – when they talk about their relationships with universities in general, not just with McGill – is that large universities are so complex right now that they would like us to hide that organizational complexity for them, so that the interactions and the collaborations, ultimately, are facilitated and made much easier than they are today. Corporations have lived through similar situations themselves, where their clients were telling them, “You’re too complex; help us work with you.” So we have the same challenge here: we need to facilitate and ease the interactions, the dialogue, and the collaborations between universities and industry.

And that will result in what benefit to the University?

This will increase the amount of resources that corporations can provide to McGill. At the end of the day, what MUBEC is trying to do is make sure that we have more opportunities for internships as well as more opportunities where corporations are supporting the research projects of students and professors on campus. It is about a dialogue and an exchange of value, where we have value for the corporate world, and they have funding and resources. This is really about facilitating that interaction, the dialogue, and the exchange of value between these two worlds.

I suppose we are in competition with other universities for corporate research dollars and opportunities, so if we have a complicated process, that will hinder us in that competition?

Absolutely, and in fact that competition is no longer local competition or provincial competition or even national – it’s global competition. We have organizations telling us that, while they used to spread their contributions to universities right across the country, today, what they are looking for is working in a much deeper, tighter relationship with a select group of universities on the planet. So the best ones in terms of facilitating this conversation, the dialogue, the understanding between our two worlds, they are going to be the winners.

There is concern on the part of some who are leery of relationships between the corporate and the academic worlds. Some wonder whether we are selling out to the corporate world. How much are the corporations dictating to us what we teach, what we research, how we do things?

What is important to understand is that when we get into sponsored research discussions with a corporation – just to pick one example here – we have a set of rules. We have guidelines, we have policies, and we have legal contracts with terms and conditions that protect McGill’s integrity and autonomy and ensure we don’t find ourselves in situations where a company could dictate terms of research. We are never forced to take specific directions for research, no matter which Faculty or domain we’re talking about. When we interact with corporations, it is always respectful of McGill’s mission, which is learning and teaching. It also always includes the right to publish results or outcomes of our research projects and initiatives. These are non-negotiable.

I have participated in many conversations between the corporate world and McGill, at all levels, and I’ve never seen a situation where a corporation demanded, “You do it this way or no way.” We always come to an agreement where we can deliver as well as protect our rights – to publish what we’re doing, to be independent. Increasing interactions with corporations will not put pressure on us in this. I can tell you corporations do respect that independence because they see the value in having universities that are free to explore research in any directions they wish.

The corporate world sees the value of applied research, but they also recognize the value of fundamental research where there is the freedom of thinking and choice that belongs to the university.

The current federal government has clearly indicated a preference for applied research so that there is some economic return from the money they invest in research. They want universities to produce things that can be sold, that can create jobs, etc. How much of that spills into the corporate world and puts pressure on corporations to seek research that has a practical application as opposed to pure research?

This is a very good point. You’re right and provincial governments as well are following the same line of thinking. They have the same discourse with regards to getting more out of the universities into society in terms of explicit contributions. And this is not a situation happening only in Quebec or Canada, but also in the US and Europe. That being said, what that does is it opens up an important opportunity because corporations today have problems with innovation. So while the government is pushing its funding to projects that are closer to applied research, corporations still understand that before there is applied research, there is fundamental research. They continue to fund fundamental research because they are searching for the next breakthrough, beyond applied research, to ensure they are not missing a wave or something that is emerging right now. I would say they are more interested than before in what’s going on in fundamental research labs.

So tell me a little bit about what McGill is doing now or what it will be doing in the near future that it wasn’t doing before. 

The first thing we’re doing through MUBEC is that we have corporate relations managers with a cross-campus, cross-unit mission acting as a single point of entry for the corporate world. So if a company wants to interact with McGill, they can contact one of the people in the Business Engagement Centre, and we are going to make sure that they are getting in touch with the right units and people on campus in order to facilitate and ease interactions with McGill and to improve corporations’ experiences in doing so.

Before MUBEC, the model was very much segmented by Faculty. But this does not fit with the world we’re in right now, because of the context we’ve just described and because everything is more and more multidisciplinary. Even though we have adapted the model, MUBEC does not do the work of existing units. We are making sure that we hide the complexity of the organization to the outside world, so that we are more efficient and more effective. That’s the major change in the way we handle relationships, and that benefits multiple internal stakeholders at McGill.

In other words, we figure out in advance all the people they need to talk to in order to make things happen. You don’t make it happen; you just make sure the conversation takes place.

Absolutely, we insure that proper conversations are taking place in due time, to the benefit of all participants. There’s a broker aspect to this role, and there’s a translation component that’s very important, in terms of translation between the cultures – the academic versus the business world. The people we’ve hired are people who understand both worlds. This is multilingualism from a different angle.

I assume there’s a business model that indicates the investment we make in MUBEC will pay for itself?

Yes, absolutely. This is a business plan over the next three years – keeping in mind that the typical cycle for getting from a new opportunity to seeing funding is anywhere between 12 to 18 months. So at the end of the first year of implementation, which is April 30, we will see how much we have accomplished in terms of our key performance indicators. And so far, one interesting aspect is that the corporations we are engaging through MUBEC are, in addition to several local organizations, corporations from outside Canada – be it in Brazil, in Paris, in New York. The international and global aspect cannot be overlooked.

Not people we’ve done business with before?

Not always companies we’ve done business with before, or if we did business before, not always the result of an ongoing relationship that had been nurtured with a cross-campus unit and cross-Faculties perspective or goals.

 

« Nous avons des principes directeurs, nous observons des règles et nous concluons des contrats qui ont force exécutoire et sont assortis de modalités afin de protéger l’intégrité et l’autonomie de McGill et de préserver son indépendance devant une compagnie qui voudrait imposer ses conditions à un projet de recherche. » Jean-François Nadeau / Photo : Adam Scotti

Entre Nous avec Jean-François Nadeau, Directeur principal, relations corporatives

Le MUBEC : un guichet unique pour faciliter la collaboration 

Par le personnel du McGill Reporter

Jean-François Nadeau est entré en fonctions à McGill en 2010 afin d’améliorer les interactions entre l’Université et les entreprises qui offrent de soutenir financièrement diverses initiatives sur le campus, notamment de subventionner des projets de recherche, d’aider des étudiants ou d’embaucher des étudiants stagiaires. Diplômé de l’Université de Sherbrooke, M. Nadeau a travaillé pendant 25 ans chez IBM Canada, avec les secteurs public et privé. Il dirige le nouveau centre que McGill a créé pour simplifier les relations entre le milieu des affaires et le milieu universitaire.

Qu’est-ce que le CEEUM? Qu’y fait-on et qui fait quoi?

Le Centre de partenariat avec les entreprises de l’Université McGill (MUBEC) est un point d’entrée unique que McGill réserve aux entreprises. Il a pour objet les relations avec le milieu des affaires. L’initiative a vu le jour à la lumière de nombreuses observations à l’intérieur et à l’extérieur de McGill, ainsi que dans le milieu universitaire sur la façon d’améliorer nos interactions avec des partenaires externes.

Nous nous sommes donc intéressés à ce qui se fait dans des universités semblables au pays et aux États-Unis. Voilà comment nous avons procédé en 2010-2011, lorsque nous tentions de déterminer si notre modèle existant convenait, cadrait avec les pratiques exemplaires en vigueur, et si les fruits de nos relations avec le milieu des affaires étaient analogues à ceux que récoltaient d’autres organisations, en particulier celles qui sont reconnues comme les meilleures.

De quelle nature sont les relations de McGill avec le milieu des affaires et pourquoi sont-elles indispensables?

Nos relations avec les entreprises sont multidimensionnelles. Elles concernent des possibilités pour les étudiants – stages, bourses et autres formes de soutien; les activités de recherche contractuelle ou subventionnée; le transfert de technologie et la concession de licences; et, dans certains cas, la participation de partenaires à la création de nouvelles entreprises. Bref, les étudiants, les professeurs et le personnel administratif ont l’occasion de collaborer avec différents acteurs du milieu des affaires.

La difficulté que soulèvent constamment les entreprises – en parlant de leurs relations avec les universités en général, pas seulement avec McGill – est que la complexité actuelle des grandes universités est telle qu’elles aimeraient que nous dissimulions cette complexité organisationnelle, afin de faciliter et de simplifier les interactions et les collaborations avec les entreprises par rapport à ce qu’elles sont. Les entreprises ont vécu des situations similaires et leurs clients leur disaient : « Vos structures sont trop complexes; aidez-nous à travailler avec vous. » Nous voici devant le même problème : nous devons faciliter et simplifier les interactions, le dialogue et les collaborations entre les universités et l’industrie.

Qu’en retirera au juste l’Université?

Cela multipliera les ressources que les entreprises peuvent fournir à McGill. Le CEEUM cherche en somme à augmenter les possibilités de stages et les occasions où les entreprises soutiennent les projets de recherche d’étudiants et de professeurs sur le campus. Il s’agit d’un dialogue et d’un échange de valeur : nous offrons de la valeur au milieu des affaires, qui nous fournit financement et ressources. Nos activités visent essentiellement à favoriser cette interaction, le dialogue et l’échange de valeur entre ces deux univers.

Il va sans dire que McGill rivalise avec les autres universités pour le financement de la recherche par les entreprises et les possibilités de recherche qu’elles subventionnent. Or, un fonctionnement compliqué doit nous nuire dans cette concurrence vitale?

Tout à fait, et d’autant plus que la compétition n’est plus uniquement locale ou provinciale, voire nationale – elle est mondiale. Dans certaines organisations qui répartissaient avant leurs contributions aux universités à l’échelle nationale, on affirme vouloir privilégier de façon plus approfondie et étroite un groupe restreint d’universités de la planète. Ce sont donc celles qui réussiront le mieux à faciliter cette conversation, le dialogue, la compréhension entre nos deux univers qui remporteront la mise.

Certaines personnes qui se méfient des relations entre les entreprises et les universités se demandent si nous ne sacrifions pas l’université aux intérêts du monde des affaires. Dans quelle mesure les entreprises nous dictent-elles les connaissances à enseigner, les recherches à mener, le déroulement de nos activités?

D’aucuns qualifient cela de « privatisation des universités ». Ce qu’il importe de savoir, c’est que lors des discussions avec une entreprise en vue d’une recherche subventionnée – pour ne prendre qu’un exemple –, nous disposons de normes. Nous avons des principes directeurs, nous observons des règles et nous concluons des contrats qui ont force exécutoire et sont assortis de modalités afin de protéger l’intégrité et l’autonomie de McGill et de préserver son indépendance devant une compagnie qui voudrait imposer ses conditions à un projet de recherche. Les chercheurs mcgillois ne sont jamais forcés d’adopter une orientation précise pour la recherche, peu importe la Faculté ou le domaine. Nos discussions avec une entreprise respectent toujours la mission d’apprentissage et d’enseignement de McGill. Et elles comprennent toujours le droit de publier les résultats de nos projets et initiatives de recherche. Ce sont des exigences non négociables.

J’ai pris part à nombre de pourparlers entre des entreprises et McGill, à tous les niveaux, et je n’en ai vu aucune dire : « On procède ainsi ou pas du tout ». Nous parvenons toujours à une entente afin de remplir notre contrat et protéger nos droits – à savoir publier le fruit de nos activités de recherche, conserver notre indépendance. Multiplier les interactions avec des entreprises n’exercera donc pas de pressions sur McGill. Je peux vous assurer que les entreprises respectent cette indépendance, car leurs décideurs sont conscients de l’intérêt de laisser les universités libres d’explorer des pistes de recherche dans les directions de leur choix.

Les entreprises connaissent la valeur de la recherche appliquée, mais elles doivent reconnaître celle de la recherche fondamentale qui, par essence, ne circonscrit pas la liberté de pensée et de choix si chère à l’université.

L’actuel gouvernement fédéral a clairement indiqué une préférence pour la recherche appliquée qui génère un certain rendement économique en contrepartie des sommes investies en recherche. Les décideurs gouvernementaux veulent que les produits issus des recherches menées dans les universités puissent être commercialisés, créer de l’emploi, etc. À quel point cela influence-t-il les entreprises et les incitent-elles à privilégier des recherches ayant des applications pratiques par opposition à de la recherche pure?

Votre question est intéressante et vous avez raison. Même les décideurs des gouvernements provinciaux adoptent ce raisonnement. Ils tiennent le même discours pour ce qui est de tirer plus utilement parti des universités au profit de la société en matière de contributions claires. Et cette situation existe non seulement au Québec ou au Canada, mais aussi aux États-Unis et en Europe. Pour autant, cela ouvre d’importantes possibilités, car l’innovation pose problème aux entreprises aujourd’hui. Si le gouvernement destine son financement aux projets qui se rapprochent de la recherche appliquée, les décideurs d’entreprises comprennent que la recherche fondamentale précède la recherche appliquée. Et ils continuent de subventionner la recherche fondamentale, car ils sont en quête de la prochaine découverte capitale, au-delà de la recherche appliquée, et veulent être certains de ne pas passer à côté de quelque chose qui se profile en ce moment. Je dirais qu’ils s’intéressent plus qu’auparavant à ce qui se déroule dans les laboratoires de recherche fondamentale.

Expliquez-nous un peu ce que McGill fait maintenant ou fera prochainement qui n’a pas été fait auparavant.

Il faut d’abord mentionner les conseillers à la clientèle d’entreprises du CEEUM qui exercent leur mandat dans toutes les unités du campus et sont responsables du point d’entrée unique à l’intention des entreprises. Pour entrer en relation avec McGill, les représentants d’une compagnie n’ont qu’à contacter un conseiller du Centre d’engagement avec les entreprises qui veillera à les mettre en rapport avec les bonnes unités et personnes sur le campus. Cela facilite et simplifie les interactions avec McGill et améliore les expériences des entreprises.

Avant la création du CEEUM, le modèle était segmenté par Faculté. Or, cela ne cadre plus avec la réalité du moment, en raison du contexte que je viens de décrire et du fait que tout est de plus en plus multidisciplinaire. Bien que nous ayons adapté le modèle, le CEEUM ne remplace pas les unités existantes. Nous veillons à dissimuler la complexité de l’organisation au monde extérieur, afin d’utiliser les ressources plus efficacement. Voilà le principal changement dans la façon de gérer les relations et cela profite à de multiples intervenants internes de McGill.

Autrement dit, vous déterminez d’avance toutes les personnes avec qui les représentants d’une entreprise doivent parler afin de faire bouger les choses. Vous servez d’intermédiaire pas de maître d’œuvre : vous veillez à ce que les discussions se tiennent.

Précisément, nous faisons en sorte que les discussions voulues aient lieu en temps utile, dans l’intérêt de tous les participants. Ce rôle a un aspect de courtier, ainsi qu’un aspect de traduction qui est très important, de traduction entre les cultures – celle du milieu universitaire et celle du milieu des affaires. Les personnes que nous avons embauchées comprennent bien ces deux univers. C’est du multilinguisme sous un angle différent.

Je suppose qu’il existe un modèle d’affaires qui montre que l’investissement dans le CEEUM sera rentable?

Bien sûr. C’est un plan d’affaires pour les trois prochaines années – il faut se rappeler que le cycle d’évolution typique avant de récolter les fruits d’une initiative à partir de sa mise en œuvre, c’est-à-dire réaliser des investissements, se situe entre 12 et 18 mois. Alors, au terme de la première année de mise en œuvre, qui est le 30 avril, nous pourrons mesurer nos réalisations à la lumière de nos principaux indicateurs de performance. Jusqu’ici, un aspect intéressant est que les entreprises qui traitent avec le CEEUM sont, outre plusieurs organisations locales, des entreprises de l’extérieur du Canada – que ce soit du Brésil, de Paris, de New York. L’aspect international ne peut être négligé.

Pas des compagnies avec qui McGill a déjà fait affaire?

Pas toujours des entreprises avec qui nous avons traité. Ou si c’est le cas, ce n’était pas toujours le fruit d’une relation suivie et cultivée à la lumière d’une perspective ou d’objectifs communs aux unités et aux Facultés.

 

Share this article

Category: Entre Nous

Post a Comment

  1. You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>