Liens avec la communauté

Un anniversaire très spécial pour Spiro   Spiro Fotis Andrianakos a demandé des dons pour soutenir la recherche du Dr Petrecca sur le cancer du cerveau plutôt que des cadeaux pour souligner son 11e anniversaire cette année. Ses proches et ses amis ont réuni près de 900 $, une somme à laquelle ses parents ont généreusement […]

Lire d'autres articles de cette section »

Nouvelles

Le mois de l’AVC au Neuro
Innovation et traitement rapide – un programme modèle

L’accident vasculaire cérébral touche un Canadien toutes les dix minutes et cause chaque année environ 14 000 décès au pays, ce qui en fait la troisième cause de décès à l’échelle nationale. Le Neuro souligne le mois de la sensibilisation à l’AVC en juin afin de mieux faire connaître les dangers de cette maladie grave et l’importance d’une intervention rapide pour la traiter.

Pour en savoir plus sur le programme novateur de soins et de traitement de l’AVC au Neuro qui inspire d’autres hôpitaux au pays, on peut lire un article et regarder une vidéo.

À l’occasion du Mois de la sensibilisation à l’AVC, tout le monde est bienvenu aux activités qui se tiendront dans le hall du 6e étage de l’Hôpital général de Montréal, de 8 h à 16 h, le vendredi 16 juin 2017. Au menu : une vidéo à voir, de la documentation à découvrir, des jeux-questionnaires auxquels prendre part, du bon café offert gratuitement, et bien plus !

Juin, mois de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) au Neuro

Le Neuro continue d’accroître ses recherches sur la SLA – une maladie qui prive une personne de ses fonctions motrices une à la fois. D’importants travaux de recherche sur la SLA sont en cours au Neuro, et plusieurs partenariats nationaux et internationaux contribuent aux progrès réalisés.

Apprenez-en davantage sur les projets de recherche sur la SLA au Neuro, et découvrez, dans un article paru dans Forbes (en anglais), ce que la Dre Angela Genge pense d’un nouveau médicament contre la SLA.

Gros plan sur le mois des lésions cérébrales

Il reste beaucoup à faire pour améliorer le diagnostic et le traitement des lésions cérébrales. Une commotion cérébrale peut avoir de graves séquelles, même lorsque peu de symptômes sont immédiatement manifestes chez une victime. Les gens prennent souvent à la légère un faible choc à la tête, ignorant que le cerveau a déjà subi une atteinte.

Renseignez-vous ici sur les recherches actuelles et les projets du Neuro relativement aux lésions cérébrales.

Un souffle nouveau pour les neurosciences au Neuro

La conversion de l’INM en institut de science ouverte, le premier au monde, s’avère jusqu’à maintenant une aventure très stimulante, qui a été ponctuée par différentes étapes importantes ces trois dernières années.  Le 26 mai, le Conseil des leaders de l’Institut de science ouverte Tanenbaum a tenu sa réunion inaugurale.  Présidée par le Dr Rouleau, la réunion d’une journée comprenait une visite du Neuro et des plateformes de l’Institut, des présentations par chaque responsable de plateforme et par le directeur du comité d’évaluation, ainsi que des discussions stratégiques sur l’évolution future.  Ce groupe de bénévoles de haut niveau s’est engagé à favoriser et à cultiver des relations pour guider l’INM sur la voie de la transformation pour devenir le premier institut de science ouverte au monde et à promouvoir, soutenir et faire avancer les principes de la science ouverte afin d’accélérer la découverte de traitements de pointe destinés aux patients souffrant de maladies neurologiques.

En apprendre plus.

de gauche à droite: Jeff Mallet, Frank Litvack, Heather Munroe-Blum, Aled Edwards, Robert Mark Krembil, Lisa McKerracher, Rubin Gruber, Larry Tanenbaum, Guy Rouleau.
Absents lors de la photo : Naomi Azrieli et Jacques Bougie.

Renouvellement de l’accord concernant un réseau de pointe en neurosciences

Le 29 mai, le partenariat tripartite entre le programme Cerveau@McGill, l’Université d’Oxford et l’Université de Zurich et le Centre des neurosciences d’ETHzürich (ZNZ) a été reconduit avec beaucoup d’enthousiasme. Conclu en 2013, le partenariat s’est révélé fructueux et ambitieux et a donné lieu à plus de 60 collaborations.  La professeure Denise Klein du Neuro a parlé de ses travaux sur le bilinguisme lors d’un déjeuner rendant hommage à Arnold Steinberg, ancien chancelier de l’Université McGill et membre du conseil consultatif du Neuro. Le Dr Guy Rouleau, la Dre Lesley Fellows et Alan Evans ont présenté les séances scientifiques en après-midi.

À lire (en anglais)

À la découverte de la matière grise !
Le public constate de visu le fonctionnement du Neuro

En mai, l’Université McGill a été l’hôte du 85e congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (Acfas). Le Neuro y a pris part en offrant au public des visites interactives dirigées par certains de ses spécialistes. Les visiteurs ont ainsi pu avoir un aperçu des projets de recherche actuels du Neuro.

Un aspect crucial de la recherche sur l’Alzheimer peut désormais être produit de façon artificielle

Les chercheurs désireux de mieux comprendre la maladie d’Alzheimer disposent désormais d’un nouvel atout précieux – la capacité de produire de façon artificielle des cellules du cerveau dont le rôle important dans le processus morbide a été démontré.

Une équipe internationale composée notamment de chercheurs du Neuro a mis au point une méthode qui permet de produire, à l’aide de cellules cutanées humaines, un type de cellules cérébrales qui participe à la préservation de la fonction des réseaux neuronaux ainsi qu’à la réponse de l’organisme aux maladies ou aux lésions. Lire le communiqué de presse.

Une chercheuse et son médicament pour soigner la lésion aiguë de la moelle épinière

La persévérance de Lisa McKerracher, neuroscientifique et ancienne étudiante du Dr Albert Aguayo, est enfin récompensée. Le Cethrin, un médicament qu’elle a découvert il y a 20 ans pour traiter la lésion aiguë de la moelle épinière vient d’entrer dans les phases II/III des essais cliniques. À la lumière des premiers  résultats des essais cliniques, le médicament pourrait changer tout à fait la donne. La Pre McKerracher fait partie du Conseil des leaders de l’Institut de science ouverte Tanenbaum du Neuro.

À lire (en anglais)

Les bienfaits du silence sur la santé

Il a été démontré qu’être exposé à une source de bruit excessif peut affecter la santé assez gravement. Des épidémiologistes ont constaté des corrélations entre des sources de bruit chronique comme les autoroutes et les aéroports et l’hypertension, pouvant mener à d’autres risques pour la santé, notamment des dommages au cerveau et aux reins. D’autres études ont révélé des liens entre le bruit et la perte de sommeil, les affections cardiaques et les acouphènes. Robert Zatorre et des collègues font part de leurs constatations ici (en anglais).

Sync Project annonce de nouveaux investisseurs et accélère le développement d’une plateforme de santé par la musique personnalisée

Sync Project, une compagnie basée à Boston qui développe la musique comme un traitement personnalisé pour différents troubles, accélère le développement de sa plateforme de santé par une sensibilité physiologique à la musique. Les conseillers et le CA de Sync Project comptent divers membres distingués, dont Robert Zatorre. L’équipe de spécialistes est résolue à mettre en valeur le potentiel inexploité de la capacité de la musique à améliorer la santé. En apprendre davantage ici (en anglais).

L’usage récréatif de la cocaïne et la voie de la dépendance

Selon des chercheurs de l’Université McGill, des stimulus associés à la consommation de cocaïne provoquent la libération de dopamine dans une région du cerveau qui favoriserait l’usage compulsif, et ce, même chez les usagers récréatifs. « Le passage d’un comportement volontaire à un comportement automatique compte pour beaucoup dans l’installation d’un usage impérieux et compulsif, puis d’une dépendance », indique Sylvia Cox, chercheuse postdoctorale au Centre d’imagerie cérébrale McConnell et auteure principale de l’article.

Les résultats de l’étude, publiés dans Scientific Reports, semblent indiquer que les personnes qui estiment faire un usage récréatif de la cocaïne pourraient, de fait, être plus près de la dépendance qu’elles le croient.

En apprendre davantage ici.