Liens avec la communauté

Inscrivez-vous à notre programme de dons mensuels ! Chaque jour, 365 jours par année, les professionnels du Neuro mettent tout en œuvre pour nos êtres chers. Ils travaillent sans relâche à améliorer les traitements pour les personnes atteintes de maladies et de troubles parmi les plus invalidants de notre époque. Or, votre soutien leur est […]

Lire d'autres articles de cette section »

Nouvelles

Le Neuro, une force majeure avec trois subventions Fondation des IRSC

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ont annoncé les résultats du concours de subventions Fondation de 2016-2017. Au pays, 76 projets de recherche ont été approuvés pour un investissement total de 199 659 488 $. Le Neuro est bien représenté avec trois titulaires de subvention : Boris Bernhardt, Edward Fon et Peter McPherson. À eux trois, ils représentent 20 % des 14 titulaires du Québec.

Félicitations au trio !

Voir les résultats complets.

Le cerveau plus malléable qu’on ne le croyait

Qu’il s’agisse de la maîtrise d’un sport ou d’un instrument de musique, la répétition est essentielle à l’apprentissage. Ce principe s’applique à l’entraînement cérébral, démarche non effractive prometteuse pour pallier les déficiences consécutives à une maladie ou à un traumatisme neurologiques. Le professeur Christopher Pack et ses collègues ont montré que l’entraînement pouvait modifier l’usage que fait le cerveau de l’information sensorielle. Connaître la faculté d’adaptation du cerveau pourrait un jour être utile pour aider un patient à se rétablir, par exemple après un AVC.

Lire la suite ou regarder une entrevue (en anglais).

Une nouvelle apparence

Juste à temps pour la rentrée, le bulletin Nouvelles du Neuro change d’allure ! Nous espérons que la nouvelle mise en pages vous procurera plus d’agrément et qu’elle facilitera votre lecture. Nous avons aussi amélioré la convivialité du bulletin pour les utilisateurs d’appareils mobiles.

Vos commentaires et suggestions nous sont précieux! N’hésitez pas à nous en faire part.

Une nouvelle étude pourrait mener à la mise au point des antidépresseurs à action plus rapide

Pour quiconque souffre de dépression, une journée sans traitement peut sembler une éternité. Une nouvelle étude explique pourquoi les antidépresseurs couramment prescrits, c’est-à-dire les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) comme le Prozac et le Zoloft, peuvent prendre jusqu’à six semaines à faire effet. Le laboratoire de Paul Greengard à l’Université Rockefeller de New York s’est associé au chercheur Adrien Peyrache du Neuro pour mieux comprendre les ISRS et leur effet sur le cerveau. Les résultats de l’étude pourraient un jour mener à des médicaments plus efficaces et à action plus rapide.

Lire la suite.

Déceler les effets à long terme de commotions cérébrales chez des athlètes

Des chercheurs de l’Université de Montréal, du Neuro et du Centre Ludmer en neuroinformatique et santé mentale ont recruté d’anciens athlètes universitaires ayant pratiqué des sports de contact comme le hockey sur glace et le football américain. Leur but : détecter les différences entre le cerveau d’un athlète sain et celui d’un athlète ayant déjà subi une commotion cérébrale. Ces travaux pourraient influer sur les épineux procès actuels et futurs intentés relativement à des commotions cérébrales, notamment parce qu’il n’existe aucune façon objective de déterminer si les symptômes neurologiques présents chez les anciens athlètes sont vraiment dus aux commotions subies.

Lire la suite.