En direct 2017

Imaginez si certains patients atteints de cancer pouvaient éviter de subir une biopsie invasive et inconfortable? Maintenant, imaginez s’ils pouvaient aussi éviter des traitements de chimiothérapie et de radiation non nécessaires? Dans le cas des patients atteints de cancer oropharyngien (cancer de la gorge), Dr Jeffrey Chankowsky, professeur agrégé de radiologie diagnostique à l’Université McGill, et son équipe interhospitalière souhaitent utiliser les données cachées des examens d’imagerie afin de cartographier la texture des tumeurs, dans le but de mieux déterminer le type tumoral et le meilleur traitement ciblé à administrer.
À lire ►

 


En direct 2017

Une équipe de recherche dirigée par Gergely Lukacs, titulaire d’une Chaire de recherche du Canada et professeur aux départements de physiologie et de biochimie de l’Université McGill, a découvert qu’une famille de protéines qualifiées de « chaperons moléculaires », qui protègent les cellules contre des stress environnementaux comme la chaleur, exerce une autre fonction jusqu’ici insoupçonnée. « Nos résultats révèlent que ces protéines jouent un rôle inexploré, qu’on pourrait exploiter pour moduler la gravité des maladies associées, » précise le Pr Lukacs. Les résultats des travaux ont été publiés dans Nature Communications.
Lire la suite ►

 


En direct 2017

L’heure à laquelle l’organisme est infecté par un parasite importe-t-elle? Selon une nouvelle étude de l’Université McGill, elle importerait grandement. Le fonctionnement du corps humain varie selon l’heure du jour, car il est contrôlé par ses horloges biologiques. Or, des chercheurs de l’Université McGill et de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas viennent d’établir que ces horloges avaient aussi des effets sur les infections parasitaires.
À lire ►

 


En direct 2017

Dans un article d’opinion paru cette semaine dans l’édition en ligne du JAMA, des scientifiques de l’Université McGill, à Montréal, et du Memorial Sloan Kettering Cancer Center, à New York, y vont d’une mise en garde : chercheurs, médecins et organismes de réglementation risquent de surestimer la valeur de nombreux nouveaux médicaments s’ils omettent d’examiner l’ensemble des données disponibles à leur sujet.
À lire ►

 


En direct 2017

La perte de muscles est une conséquence inévitable du vieillissement qui peut engendrer une certaine fragilité, des chutes ou des problèmes de mobilité. Manger des protéines en quantité suffisante est un moyen d’y remédier. Mais il semblerait que répartir les protéines également aux trois repas serait associé à une plus grande masse et force musculaire, chez les aînés. Ce sont les conclusions d’une étude menée à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) en collaboration avec l’Université de Sherbrooke et l’Université de Montréal.
À lire ►

 


En direct 2017

Une équipe de recherche internationale à laquelle participe le Dr William Foulkes, de l’Université McGill, a réanalysé des données portant sur près de 1  000 tumeurs mammaires malignes et provenant du Cancer Genome Atlas. À la lumière des constats de l’étude, publiés dans la revue Nature Genetics, il y a lieu de penser que les signatures mutationnelles, telles que la signature 3, pourraient permettre une prise en charge très ciblée dans laquelle le risque et les décisions de traitement seraient déterminés par l’ensemble des mutations tumorales et non seulement par quelques gènes bien définis.
À lire ►

 


En direct 2017

Un nouveau partenariat entre le Neuro et F1000 permettra la création d’une plateforme d’édition à l’intention des chercheurs qui accélérera le rythme des découvertes dans le domaine des neurosciences.
À lire ►

 


En direct 2017

Les origines de l’autisme demeurent un mystère. Quelles sont les régions du cerveau touchées par la maladie et à quel moment les premiers signes de cette dernière se manifestent-ils? Les résultats d’une nouvelle étude publiée dans la revue Biological Psychiatry permettent maintenant aux scientifiques de mieux comprendre les mécanismes pathologiques de l’autisme et le moment où la maladie commence à prendre forme dans le cerveau humain. Forts de ces nouvelles connaissances, les spécialistes pourront intervenir plus rapidement et obtenir de meilleurs résultats chez les enfants autistes.
À lire ►

 


En direct 2017

Des chercheurs du Laboratoire de neuro-imagerie translationnelle de l’Institut universitaire de santé mentale Douglas de l’Université McGill ont employé des techniques d’intelligence artificielle et des mégadonnées pour développer un algorithme capable de détecter les signes distinctifs de la démence deux ans avant l’apparition des premiers symptômes. Le Dr Pedro Rosa-Neto, coauteur principal de l’étude, et professeur adjoint aux départements de psychiatrie et de neurologie et neurochirurgie de l’Université McGill, prévoit que cette nouvelle technique amènera les médecins à modifier leur prise en charge des patients, tout en accélérant grandement la recherche sur le traitement de la maladie d’Alzheimer.
À lire ►

 


En direct 2017

Pour les adolescents atteints d’une maladie chronique comme le diabète de type 1, la transition des soins pédiatriques aux soins adultes se révèle névralgique; or, ils ont tendance à cesser les soins médicaux. Selon l’auteure principale de l’étude, la Dre Meranda Nakhla, pédiatre endocrinologue à l’Hôpital de Montréal pour enfants du CUSM et professeure adjointe de pédiatrie à l’Université McGill, plus de structures et d’orientation sont nécessaires pour combler des lacunes dans les pratiques liées aux soins de transition au Québec.
À lire ►