En direct 2018

Fréquemment décelée chez les personnes âgées, la maladie d’Alzheimer est considérée comme une maladie neurodégénérative. En d’autres termes, elle serait accompagnée par une perte progressive et importante de neurones et de leurs terminaisons nerveuses (ou synapses). Publiée dans la revue Scientific Reports, une étude franco-canadienne remet aujourd’hui en question ce dogme.
À lire ►

 


En direct 2018

Les enfants qui présentent un trouble du spectre de l’autisme (TSA) ont souvent du mal à passer d’une tâche à l’autre. Or, les résultats d’une étude publiée récemment dans la revue Child Development indiquent que les enfants bilingues pourraient avoir un peu plus de facilité à cet égard.
À lire ►

 


En direct 2018

Une trop grande confiance envers les questionnaires de dépistage autodéclarés, où les patients définissent essentiellement leur propre état, plutôt que des entretiens diagnostiques réalisés par un professionnel de la santé, s’est traduite par une surestimation de la prévalence des personnes dépressives dans beaucoup d’études de recherche — souvent de deux à trois fois plus. Ces résultats sont basés sur une étude publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne. L’étude a démontré que plus de 75 % des recherches récentes sur la prévalence de la dépression étaient fondées exclusivement sur des questionnaires remplis par les patients.
À lire ►

 


En direct 2018

Une étude réalisée par une équipe de scientifiques composée notamment de chercheurs de l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal de l’Université McGill a permis de vérifier la théorie selon laquelle la dégénérescence cérébrale dans la maladie de Parkinson touche d’abord les régions sous-corticales et se propage ensuite le long des réseaux neuronaux jusqu’au cortex cérébral.
À lire ►

 


En direct 2018

La tuberculose (TB), une maladie infectieuse qui attaque les poumons, fait une victime toutes les 20 secondes et tue 1,5 million de personnes dans le monde chaque année. La guérison échappe aux chercheurs depuis plus d’un siècle, mais aujourd’hui, une équipe de chercheurs de Montréal pourraient avoir découvert une nouvelle arme pour combattre cet ennemi mortel. L’équipe reprogramme ou « entraîne » les cellules immunitaires pour qu’elles éradiquent la tuberculose. Leurs conclusions révolutionnaires sont publiées  dans la revue scientifique Cell.
À lire ►

 


En direct 2017

Délaissant le paradigme trop simpliste des mauvaises habitudes de vie, les chercheurs découvrent peu à peu les mécanismes génétiques et épigénétiques derrière l’obésité. Des recherches menées récemment par la Dre Patricia P. Silveira et ses collègues à l’Université McGill et à l’Institut Douglas ont démontré qu’une altération des voies de signalisation de la dopamine chez les enfants ayant un faible poids à la naissance peut accentuer leur préférence pour les aliments très sucrés, ce qui augmente leur risque d’obésité.
À lire ►

 


En direct 2017

Une nouvelle étude a permis d’établir un lien entre certaines altérations de l’anatomie cérébrale et certains biomarqueurs que l’on peut observer au cours des premières phases de la maladie d’Alzheimer. Cette découverte pourrait un jour permettre la mise au point d’un test de dépistage de la maladie d’Alzheimer à la fois sensible et non invasif auquel les spécialistes pourraient avoir recours avant l’apparition des symptômes cognitifs.
À lire ►

 


En direct 2017

Selon une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, les personnes qui possèdent une formation musicale ont plus de facilité à distinguer les syllabes prononcées par des tiers dans un environnement bruyant. Afin de lever le voile sur ce phénomène, les chercheurs Yi Du et Robert Zatorre ont eu recours à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle pour étudier la fonction cérébrale de musiciens et de sujets n’ayant aucune formation musicale alors qu’ils écoutaient des segments d’énoncés en présence de différents niveaux de bruit.
À lire ►

 


En direct 2017

Croyez-le ou non, un parasite qui se nourrit de sang et qui sévit dans les régions tropicales d’Amérique latine pourrait représenter un danger pour les Canadiens. Si certaines maladies infectieuses, comme la malaria ou le Zika, ont récemment fait les gros titres, la publication d’une nouvelle étude de cas dans le Canadian Medical Association Journal (CMAJ) a braqué les projecteurs sur la maladie de Chagas, transmise par un insecte (connu en anglais sous le nom de « Kissing Bug »). Une équipe d’experts en médecine tropicale et en médecine de laboratoire de Winnipeg et Montréal met en garde les personnes originaires de certains pays d’Amérique centrale et d’Amérique latine, ainsi que leurs enfants, contre le risque de contracter la maladie de Chagas, même une fois installées au Canada.
À lire ►

 


En direct 2017

Un essai clinique en cours depuis près de dix ans a démontré que les médicaments et les dispositifs médicaux briseurs de caillots à haut risque, mais puissants, n’amélioraient pas les résultats pour les patients souffrant de thrombose veineuse profonde (TVP), pas plus qu’ils n’empêchaient l’apparition du syndrome post-thrombotique (SPT), comparativement aux anticoagulants classiques. Les résultats de l’étude Acute Venous Thrombosis: Thrombus Removal with Adjunctive Catheter-Directed Thrombolysis (ATTRACT) [Thrombose veineuse aiguë : l’élimination du caillot à l’aide de la thrombolyse adjuvante par cathéter] sont publiés dans le New England Journal of Medicine.
À lire ►