Jeter des ponts pour mettre en œuvre le nouveau Plan stratégique en matière d’éducation

En direct 2018

Par Diane Weidner

« Mon rôle en est essentiellement un de promotion du point de vue de l’éducation », explique la professeure Annette Majnemer, vice-doyenne exécutive à l’éducation à la Faculté de médecine de l’Université McGill, à propos du nouveau Plan stratégique en matière d’éducation, qui entre dans la phase de mise en œuvre.

L’éducation est l’un des cinq grands thèmes du Projet Renaissance, l’exercice de planification stratégique que le vice-principal (santé et affaires médicales) et doyen de la Faculté de médecine David Eidelman lancé afin d’en faire avancer la vision, la mission et les valeurs. Le Plan stratégique en matière d’éducation concourt à réaliser la mission en dégageant de nouvelles orientations pour que les programmes de formation outillent mieux les professionnels de la santé et chercheurs en santé au 21e siècle.

Le plan comporte des objectifs clairs pour relever les défis actuels et innover à l’avenir, tout en veillant à l’épanouissement d’une communauté d’apprentissage dynamique :

  1. Adopter des approches factuelles, centrées sur l’apprentissage
  2. Favoriser les partenariats interprofessionnels et interdisciplinaires
  3. Soutenir la recherche, les travaux d’érudition et l’innovation en éducation

Les initiatives à concrétiser en vue d’atteindre ces objectifs sont énoncées dans le Plan de mise en œuvre pour 2018.

Le Plan stratégique en matière d’éducation vise à tirer parti des points forts existants et à profiter des possibilités de communication et de collaboration au-delà des frontières traditionnelles afin de générer de nouvelles idées en enseignement et en apprentissage. « Le potentiel de créativité augmente en présence de personnes aux perspectives différentes », souligne la Pre Majnemer. « Cette démarche de collaboration et d’échanges de vues favorise l’esprit de communauté et la cohésion au sein de la Faculté, et la qualité des résultats y gagne. »

Planifier la réussite

Plusieurs méthodes ont été déployées durant le processus de planification stratégique afin de recueillir les commentaires de parties intéressées de tous les échelons et d’assurer une représentation la plus diversifiée qui soit. Le but était de refléter fidèlement les besoins et les futures orientations de la communauté. Le Comité consultatif en matière d’excellence en éducation (SEE) du plan, qui est composé d’experts en pédagogie, a joué un rôle déterminant dans le processus; il poursuivra son travail d’encadrement et sollicitera les commentaires de la communauté, pour que le plan reste dynamique et itératif.

À titre de membre du comité SEE, Meredith Young, professeure adjointe au Centre d’éducation médicale de la Faculté, a évalué avec d’autres comment adapter avec succès les approches pédagogiques, outils de recherche et moyens d’évaluation à l’ensemble des contextes de formation de la Faculté. « En mobilisant les données de recherche en éducation et en pratique, on peut faire pencher la balance vers une mise en œuvre productive — si on a une idée des facteurs qui contribuent, ou nuisent, à la concrétisation de changements réussis en éducation, on peut mieux structurer nos innovations pédagogiques. »

Le plan stratégique comporte aussi un autre élément important : un cadre de mesure, dont un sous-groupe d’experts en évaluation des apprentissages et des programmes effectuera le suivi. Un plan de mesure, utilisant des méthodes mixtes, proposera des points de référence pour chacun des objectifs et évaluera le changement avec le temps. « Il existe de nombreuses façons d’étudier ces données », explique la Pre Majnemer. « Les tendances nous permettront de cerner des possibilités, de voir si les gens sont plus à l’aise avec les approches et de mesurer le progrès de nos initiatives. Cela engagera davantage notre responsabilité. »

L’Association des étudiantes et étudiants en santé de McGill (MASH pour McGill Association of Students in Healthcare) est un partenaire tout aussi important de la réussite du plan, dans la mesure où les priorités et préoccupations des étudiants seront prises en compte. Selon Sunny Jeong, coordinatrice de la gestion externe pour MASH et étudiante au premier cycle en sciences infirmières, « du point de vue étudiant, l’approche centrée sur l’apprentissage est bienvenue. Cette méthode d’enseignement reconnaît ce dont les apprenants (nous, les étudiants) ont besoin. Elle nous permet d’être plus responsables de notre éducation, nous motive à améliorer notre capacité à résoudre des problèmes, et nous encourage à devenir plus compétents. Cette méthode est importante pour nous, car elle permet aux pédagogues de comprendre les besoins des étudiants dans leurs processus respectifs d’apprentissage. »

Intensification des efforts

Avec la mise en œuvre en cours, la Faculté créera les nouveaux postes de vice-doyen adjoint à l’enseignement des professions de la santé et de vice-doyen adjoint à l’enseignement de la science biomédicale (un jour par semaine, chacun) pour faire progresser le plan. Ces personnes assureront un leadership au sein des deux groupes, dont les besoins, les forces et les opportunités diffèrent beaucoup. Un analyste de données s’emploiera à concevoir des outils et à réunir l’information nécessaire pour mesurer et analyser les résultats.

Des « champions de l’éducation » ont aussi été désignés par chacun des départements de sciences fondamentales et de sciences cliniques afin de faciliter le brassage d’idées et de soutenir l’apprentissage interprofessionnel/interdisciplinaire et centré sur les étudiants. Ces personnes mettent une grande expertise au service de leurs unités respectives et ont un grand intérêt en éducation; ce sont des enseignants hors pair, déterminés à faire avancer la feuille de route en éducation et à en faire état aux directeurs.

La Faculté de médecine peut aussi compter sur plusieurs bureaux et centres qui soutiennent l’excellence en éducation, tels que le Bureau de la formation interprofessionnelle, le Centre d’éducation médicale ou encore le Centre de simulation et d’apprentissage interactif Steinberg. Cette mine d’expertise au sein de la Faculté contribue largement à enrichir les expériences pédagogiques et d’apprentissage, et ces unités travaillent de plus en plus étroitement, afin d’assurer un partage d’expertise et de valoriser davantage l’apprentissage.

« Ce modèle de collaboration, de partage et de mentorat nous permet de faire des progrès et nous aide tous », conclut la Pre Majnemer.

Le Comité consultatif en matière d’excellence en éducation (SEE) :
À l’arrière : Farhan Bhanji, Yvonne Steinert, Maia Yarymowich
À l’avant : Aliki Thomas, Meredith Young, Annette Majnemer, Saleem Razack
Absents de la photo : Kevin Lachapelle, Elaine Davis, Adam Finkelstein, Terry Hébert, Demetra Kafantaris

 

Le 13 avril 2018

Speak Your Mind