Matthias Friedrich élu président de la Society for Cardiovascular Magnetic Resonance

En direct 2017

Le Dr Matthias Friedrich, professeur de médecine aux départements de cardiologie et de radiologie diagnostique de la Faculté de médecine de l’Université McGill et cardiologue à l’Hôpital Royal Victoria, site Glen, a été élu président de la Society for Cardiovascular Magnetic Resonance (www.scmr.org), l’une des plus importantes associations dans le domaine de l’imagerie à l’échelle internationale.

Dans son nouveau rôle, le Dr Friedrich dirigera les activités d’une association qui regroupe plus de 2 500 cardiologues, radiologistes, scientifiques et technologues portant un intérêt particulier à la résonance magnétique cardiovasculaire (RMC), qui est aujourd’hui devenue la modalité d’imagerie cardiaque la plus efficace, tout en étant sécuritaire et économique. Fondée sur le phénomène de la résonance magnétique, découvert au début du 20e siècle, la technique vise à employer de puissants aimants pour générer des images à haute résolution du cœur en mouvement offrant une excellente visualisation de l’anatomie cardiaque, des structures fibreuses, de la circulation sanguine et des caractéristiques des tissus comme l’œdème, l’infiltration ou les lésions cicatricielles.

Après avoir obtenu son diplôme de médecine à l’Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nürnberg, en Allemagne, le Dr Friedrich a fait sa formation en médecine interne et en cardiologie au Centre médical universitaire Charité de l’Université Humboldt, à Berlin. Il s’est installé au Canada en 2004 et s’est joint à l’Université McGill en 2015. Ses travaux scientifiques tournent autour du phénotypage des maladies cardiaques en utilisant la caractérisation des tissus par RMC, principalement dans les cardiomyopathies et l’ischémie myocardique aiguë, y compris la myocardite. Il est l’un des principaux experts œuvrant pour le développement des techniques et des protocoles RMC pour la myocardite, la cardiotoxicité, l’infarctus aigu du myocarde et la cardiomyopathie induite par le stress. Il est l’un des premiers utilisateurs de la cartographie des temps de relaxation magnétique chez les patients et, plus récemment, de l’oxygénation du myocarde. Il a également été le premier à proposer le recours à des manœuvres de respiration au lieu de vasodilatateurs pharmacologiques pour évaluer la fonction vasculaire coronarienne.

Le Dr Friedrich est chef de l’imagerie cardiovasculaire au Centre universitaire de santé McGill et a lancé un programme de recherche axé sur des techniques novatrices comme l’imagerie de l’inflammation et du métabolisme de l’oxygène dans le cœur, sans injections ni protocoles de stress. Il est l’auteur de nombreuses publications (plus de 11 000 citations) et travaille avec de multiples collaborateurs à l’échelle internationale.

Selon le Dr Friedrich, « l’Université McGill est un excellent port d’attache pour la recherche novatrice et les collaborations internationales ». Dans son nouveau rôle, il se donne le mandat suivant : « Je compte travailler fort pour mieux faire connaître l’utilité remarquable de la RMC en cardiologie clinique. »

Félicitations Dr Friedrich!

Le 28 avril 2017

Speak Your Mind