Un modèle murin pourrait jeter une nouvelle lumière sur la réponse immunitaire au virus Zika

En direct 2017

Des scientifiques réussissent à infecter des souris adultes avec un système immunitaire fonctionnel

Le Pr Martin Richer (gauche) et la Pre Selena Sagan

Le Pr Martin Richer (gauche) et la Pre Selena Sagan

Un nouveau modèle murin doté d’un système immunitaire fonctionnel pourrait permettre aux chercheurs en laboratoire de mieux comprendre l’infection au virus Zika et de mettre au point de nouveaux traitements, selon une étude publiée dans la revue PLOS Pathogens.

Devant la pandémie actuelle de Zika, qui a causé des millions d’infections dans les Amériques, les scientifiques redoublent d’efforts pour étudier le virus chez des animaux de laboratoire. Or, la plupart des travaux ont jusqu’ici été réalisés chez des animaux ayant un système immunitaire déficient, ce qui a limité la compréhension de la réponse immunitaire au virus Zika et ralenti la mise au point de vaccins et de traitements antiviraux potentiels.

Des chercheurs travaillent maintenant à créer des modèles du virus Zika chez des souris sans déficit immunitaire. Dans l’étude nouvellement publiée, une équipe dirigée par les professeurs Martin Richer et Selena Sagan de l’Université McGill a causé une infection à virus Zika chez des souris adultes ayant un système immunitaire fonctionnel pour ensuite étudier leur réponse immunitaire.

Les scientifiques ont employé la lignée C57BL/6, souvent utilisée dans l’étude d’autres maladies. Ils ont démontré que des souris C57BL/6 adultes pouvaient être infectées par le virus Zika et que la plupart d’entre elles présentaient alors des symptômes légers – comme la majorité des humains infectés. À l’instar d’autres virus, le Zika a induit chez les souris une réponse immunitaire innée et adaptative.

Les chercheurs ont eu recours à la technique dite du « marqueur de substitution » pour observer indirectement la réaction d’un type de cellules immunitaires appelées lymphocytes T à l’infection. Cette approche a permis d’identifier une portion spécifique (« épitope ») d’une protéine du virus Zika que reconnaissent les lymphocytes T des souris.

Le nouveau modèle murin pourrait servir à pousser les recherches sur la réponse immunitaire au virus Zika. Grâce à l’épitope nouvellement identifié du virus Zika, des stratégies moléculaires spécifiques pourraient être élaborées pour étudier la réponse des lymphocytes T à l’infection, ce qui faciliterait la mise au point des vaccins.

« Nos résultats sont particulièrement intéressants parce qu’ils confirment que nous pouvons étudier la réponse immunitaire au virus Zika chez des souris au système immunitaire fonctionnel », expliquent les auteurs. « Surtout, ce modèle et la découverte d’une partie du virus qui est reconnue par les lymphocytes T des souris nous donnent des outils pour approfondir notre compréhension de ce pathogène humain émergent. »

Le 23 février 2017

Speak Your Mind