Châtiments corporels : une très mauvaise idée

29 août 2011

En matière d’éducation des enfants, le proverbe « Qui aime bien, châtie bien » sonne de plus en plus faux. La professeure de McGill Victoria Talwar et ses collègues de recherche viennent en effet de démontrer que le recours aux châtiments corporels dans l’éducation les enfants est contreproductif.

Même si les châtiments corporels peuvent permettre de corriger un comportement immédiat, ils n’ont aucun effet sur les processus cognitifs que les chercheurs associent au fonctionnement exécutif. Inversement, lorsqu’un adulte demande à un enfant de s’asseoir dans un coin et de réfléchir à ce qu’il vient de faire, tout indique que c’est précisément ce qu’il fait (voilà qui ne manquera pas d’étonner certains parents).

Les résultats obtenus au cours de cette étude montrent que les enfants qui ne reçoivent pas de châtiments corporels développent un comportement plus positif car ils comprennent et internalisent mieux les règles que les adultes cherchent à leur inculquer. L’expérience est considérée comme « quasi expérimentale » car elle fonde ses conclusions sur des événements et situations de tous les jours. Même si la recherche s’est déroulée en Afrique de l’Ouest, ces résultats ne maqueront pas d’attiser le débat international sur les châtiments corporels à l’école, encore autorisés en Amérique du Nord.

Pour en savoir plus sur cette recherche.

Comments are closed.