Vaincre les parasites intestinaux

7 juillet 2011

Près d’un tiers de la population mondiale est infectée par des vers parasitaires. Ces petites créatures posent un problème de santé publique considérable.
Les helminthes transmissibles par le sol, ou vers intestinaux (ankylostomes, ascaris, trichocéphales), pénètrent dans le corps humain de différentes manières. La route d’infection débute la présence d’œufs invisibles à l’œil nu dans le sol. L’infection se produit par ingestion de ces œufs proliférant sur des aliments ou des mains non lavés ou en marchant pieds nus ou par tout autre contact direct avec un sol infesté. Ces vers aggravent l’état de malnutrition coexistant et affaiblissent le système immunitaire, causant fatigue, anémie et troubles cognitifs et une baisse de productivité. La chercheuse du CUSM, Theresa Gyorkos, contribue à l’élaboration d’un plan d’action stratégique que l’OMS annoncera prochainement pour lutter contre les infections par les vers intestinaux dans plus de 100 pays en développement.
Theresa Gyorkos a reçu récemment le Prix international de l’Association canadienne de santé publique (ACSP) 2011 pour ses recherches sur la prévention des infections et troubles périphériques causés par ces vers et leur traitement. Les enfants et les femmes enceintes sont les personnes les plus exposées au risque de développer des maladies graves à cause de ces parasites.
« Le défi consiste à faire en sorte que les gouvernements mettent sur pied des plans d’action et des politiques de santé afin de s’assurer que des traitements antihelminthiques – gratuits et administrés en une seule dose – puissent être distribués de manière convenable et efficace dans leur pays », explique la Dre Gyorkos. « Nous travaillons avec les enseignants, les directeurs d’école et les parents pour améliorer les programmes d’éducation sanitaire et pour que ces médicaments soient administrés dans les écoles afin d’atteindre le plus grand nombre d’enfants possible. »
Pour en savoir plus sur cette recherche.

Comments are closed.